Dans une étude sur les poules, des chercheurs du Southern Illinois University School of Medicine à Carbondale, Illinois essaient de déterminer de quelle façon les graines de lin pourraient aider à la prévention de la mortalité par le cancer des ovaires.

«Il semble que les poules et les femmes auraient beaucoup de choses en commun», a déclaré Dale «Buck» Hales, titulaire d’une chaire de recherche au département de physiologie.

Cela fait plus de dix ans que Hales a commencé à chercher un modèle animal pour étudier le lien entre l’inflammation et le cancer des ovaires chez les femmes. Il a concentré ses recherches sur la poule âgée de 2 ans, dont il a découvert qu’elle avait environ la même fréquence d’ovulation que la femme qui atteint la ménopause, moment où le cancer ovarien se manifeste le plus souvent.

Hales s’intéresse à la «théorie de l’ovulation incessante» dans le cancer ovarien. Chaque fois qu’une femme ovule, la surface de l’ovaire se rompt et une réponse de guérison s’ensuit. La théorie serait qu’un cycle continuel de ruptures et de réparations créerait un environnement inflammatoire propice au cancer.

«L’ovulation est un processus inflammatoire» note Hales.

La théorie est supportée par le fait que la moitié des poules pondeuses – qui ovulent presque chaque jour – développent un cancer des ovaires après quatre ans. Et on a découvert que les femmes qui ovulent moins – à cause des grossesses, de l’allaitement, ou de l’utilisation d’anovulants – ont moins de chances de développer un cancer ovarien.

Depuis quatre ans, Hales et son équipe de recherche ont étudié des centaines de poules ayant dépassé l’âge de la fertilité, et qui auraient de toute façon terminé leur vie dans des soupes Campbell! «Nous avons commencé par valider de façon systématique l’utilisation de la poule comme modèle d’étude sur le cancer ovarien,» dit Hales. «La maladie ressemble à celle chez l’humain et ce, pour tous les critères.»

L’idée suivante de Hales lui est venue au magasin d’alimentation, après avoir vu un contenant d’oeufs riches en acides gras omega-3. Les poules nourries avec des graines de lin – la source végétale la plus riche en acides gras anti-inflammatoires – peuvent produire ces œufs riches en omega-3 car les acides gras s’accumulent dans leurs ovaires.

Hales a donc commencé à étudier la façon dont une diète riche en graines de lin pouvait influencer le taux de cancers chez la poule. Il a découvert que les poules nourries aux graines de lin étaient susceptibles d’être plus minces et vivaient plus longtemps. Elles étaient tout aussi susceptibles d’avoir un cancer ovarien, mais elles étaient moins à risque de mourir de celui-ci.

«En intervenant au niveau de la diète en lui ajoutant des grains de lin, vous pouvez effectivement diminuer de façon significative la sévérité de la maladie.» selon Hales. Encouragé dans ses découvertes, Hales a récemment obtenu une subvention fédérale de $1.8 millions de dollars pour poursuivre ses recherches sur les composantes des graines de lin qui sont responsables des bénéfices pour la santé, et dans quelles proportions. La lignane, qui est un anti-oxydant est aussi présente dans les grains de lin.

En cours de recherche, Hales a aussi découvert des changements moléculaires qui se produisent près des ovaires et qui pourraient mener à des analyses sanguines ou à des examens ultrasons qui amélioreraient la détection précoce du cancer ovarien chez les femmes.

Le cancer des ovaires, connu sous le nom de «tueur silencieux» n’est pratiquement jamais découvert avant son stade avancé, lorsqu’il n’est pratiquement plus traitable. S’il était détecté plus tôt, le taux de survie serait de 95%.

«Nous anticipons des découvertes très innovatrices,» selon Hales.

 

 

Références:

Source: Life Extension Daily News, 19 janvier 2012. www.lef.org/news

Commentaires   

0 #1 elhamdaoui 28-11-2013 23:39
merci pour les informations

s'il ya d'autres apropos du cancer de l'ovaire en relation avec les hormones sexuelles n'hésitz pas de les envoyer à mon email

merci d'avance
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir