angelina

La décision de Angelina Jolie de subir une mastectomie double - même si elle n’a jamais eu le cancer du sein – a récemment fait la manchette du New York Times et a donné lieu à une vivre controverse dans les médias. Angelina elle-même rapportait que ses médecins lui avaient dit qu’elle avait 87% de risques d’avoir le cancer du sein et que la seule façon de réduire ce risque était de se faire enlever les deux seins, ce qui réduirait le risque à 5%.

Le plus triste dans tout cela c’est qu’en réalité elle n’avait pas 87% de risques d’avoir le cancer du sein au départ. Et toutes les femmes qui ont lu son article dans le New York Times ont été induites en erreur également. Et voici pourquoi…

Comment les statistiques sont utilisées comme moyen de pression pour forcer les femmes à avoir recours à des procédures très invasives et souvent inutiles?
La simple idée que le cancer du sein puisse être prédit en termes de pourcentage de risque est une fausse piste. En réalité, chaque personne a des micro-tumeurs cancéreuses dans son corps. Comme l’ont fait remarquer bien des experts dans le domaine et entre autres le Dr Joseph Mercola, M.D, le cancer n’est pas une maladie dont vous êtes atteint de façon aléatoire comme la foudre qui vous tomberait sur la tête. C’est plutôt quelque chose que vous pouvez prévenir jour après jour, repas par repas, en faisant des choix de vie qui incluent une supplémentation en vitamine D, la consommation d’aliments nutritifs comme des jus verts, l’activité physique et en évitant de s’exposer aux xénoestrogènes et autres substances chimiques cancérogènes et aux radiations.

Donc lorsque les médecins vous parlent du risque d’avoir un cancer, ceci laisse entendre que vous n’auriez pas de contrôle sur le cancer. Si vous croyez cela, vous êtes victime de ce que certains auteurs appellent maintenant «l’arnaque du cancer».

Même si Angelina Jolie possède le gène BRCA1 défectueux qui augmente le risque de cancer du sein, elle aurait pu facilement choisir d’avoir une alimentation et un style de vie qui empêche l’expression de ce gène. Et ce n’est pas si difficile que ça. Vous pouvez commencer par adopter une alimentation de type méditerranéen et favoriser les aliments biologiques, consommer des légumes crucifères (p. ex. le brocoli), des huiles oméga-3 etc. Ces mêmes aliments aident également à prévenir d’autres maladies comme les maladies cardio-vasculaires, le diabète, la maladie d’Alzheimer et d’autres maladies chroniques.

En passant, l’indole-3-carbinol (I3C), un composé naturel que l’on retrouve dans les légumes crucifères comme le brocoli et le chou de Bruxelles, offre une bonne prévention contre l’expression du gène BRCA1. Mais vous n’entendrez que très rarement les médecins dire aux femmes de «manger plus de brocoli » ou de prendre un supplément d’I3C car cela ne serait pas « scientifique » et surtout pas rentable pour l’industrie pharmaceutique. Au Canada, il est facile de trouver des suppléments d’I3C de source alimentaire dans les magasins d’alimentation naturelle* et c’est pratiquement de la prévention du cancer en capsules.

Donc, il n’y a pas vraiment de risque prédéterminé d’avoir le cancer ou non. Cela demeure une question de cause et d’effet pour chacun et chacune. Que votre gène BRCA1 soit défectueux ou non, vous pouvez aussi bien avoir un style de vie pro-cancer et par conséquent avoir le cancer ou avoir un style de vie anti-cancer et garder le cancer en joue, sans jamais avoir de problème. Malheureusement, il serait bien difficile de convaincre votre médecin que grâce à vos bonnes habitudes alimentaires et votre style de vie sain vous avez évité un cancer!

Lorsqu’on parle de cancer, on dirait que tout est mis en oeuvre pour garder les femmes dans une mentalité de victime et leur faire peur afin qu’elles continuent à croire que le cancer est une question de statistiques et par conséquent une fatalité. On multiplie les tests de dépistage, en particulier la mammographie, qui constitue en elle-même un facteur de risque pour le cancer du sein. C’est une approche incroyablement lucrative pour ce que l’on appelle maintenant «l’industrie du cancer»! Toute femme qui se retrouve avec un résultat positif lors d’une mammo est immédiatement prise dans l’engrenage de cette industrie dont il est bien difficile de se sortir à moins d’avoir le grand courage de se prendre en main et espérer que son oncologue va comprendre.

Pourquoi l’industrie du cancer n’aide-t-elle pas les femmes à se responsabiliser et à prendre le contrôle de leur propre santé?
Curieusement pour l’industrie du cancer, la théorie scientifique de la cause à effet ne semble pas s’appliquer. On préfère faire peur aux femmes en citant des «risques» statistiques qui laissent entendre qu’il est à peu près impossible de prévenir le cancer

cancer du sein2.pngEt en passant, le dépistage n’est pas de la prévention!
C’est comme attendre que le feu soit pris dans la maison avant de prendre de simples précautions pour éviter un incendie. Responsabiliser les femmes et leur donner le sentiment qu’elles peuvent contrôler leur propre santé est la dernière chose que l’industrie du cancer désire faire, puisque cela lui ferait perdre des consommateurs et de l’argent. Et dites-vous bien que lorsque vous donnez de l’argent pour la recherche sur le cancer du sein, ce qui se cache derrière le fameux ruban rose, c’est l’industrie du cancer. (Ne manquez pas de visionner le film en référence ci-dessous.)

Pour revenir à Angelina Jolie, dans son article elle affirmait «Mes chances de développer le cancer du sein ont diminué de 87% à moins de 5%. Je peux maintenant dire à mes enfants qu’ils ne doivent plus avoir peur de me perdre à cause d’un cancer du sein.» Et qu’arrivera-t-il si elle apprend qu’elle a un début d’athérosclérose? Va-t-elle se faire greffer des nouvelles artères et un nouveau coeur au nom de la prévention?

«Pour toute femme lisant ceci, je souhaite que cela puisse vous aider à réaliser que vous avez des options» écrivait également Angelina Jolie dans ce fameux article. Mais dans ce même article, elle ne dit pas un mot sur les alternatives à la chirurgie. Il y a bien des façons de prévenir le cancer et d’empêcher l’expression du gène BRCA1. Mais il semble que rien d’autre n’existe dans le monde de l’industrie du cancer. Pas question d’alimentation préventive, ou de supplémentation en vitamine D dont on a amplement démontré les effets préventifs sur le cancer. Pas question non plus de la micro-chimiothérapie à la vitamine C, de l’oxygénothérapie, de l’acupuncture et autres médecines douces, de médecine chinoise, du maintien de l’équilibre hormonal ou de la réduction du stress. Vous n’êtes même pas supposé savoir que ces options existent et, qui plus est, en parler à votre médecin est habituellement futile car il n’existe aucun protocole médical officiel pour la prévention du cancer. Et si vous avez la malchance d’avoir un diagnostic de cancer, n’y pensez même pas car vous êtes dès lors pris(e) dans l’engrenage de l’industrie du cancer!

En résumé, voici quelques conseils de médecins come le Dr Joseph Mercola qui préconisent la prévention «au naturel»:

  • Quand on vous dit que vous avez un «pourcentage de risque» d’avoir le cancer du sein on sous-entend que c’est une fatalité. N’y croyez pas un seul instant et surtout de laissez pas la peur s’installer dans votre esprit car cela ouvre la porte à ce dénouement.
  • Même si vous avez le gène BRCA1 défectueux, vous pouvez éviter qu’il «s’exprime» (devienne actif) en faisant de bons choix en matière d’alimentation et de style de vie. Être porteur d’un gène défectueux n’est pas une sentence de mort.
  • Nous avons tous des cellules cancéreuses dans notre corps. Ce qui fait la différence est la capacité de notre système immunitaire de les «zapper». Le cancer est quelque chose que nous pouvons gérer et prévenir en gardant notre corps en santé. Les mutations de l’ADN qui peuvent mener au cancer sont inévitables, mais la formation et la croissance de tumeurs dépend de l’état de nos défenses immunitaires.
  • Le fait de dire, comme l’a fait Angelina Jolie dans son article,, qu’une mastectomie double effectuée sur des seins en santé donne d’une certaine manière du pouvoir aux femmes est une idée bien étrange. Les femmes auront bien plus de pouvoir sur leur corps si on leur donne des informations honnêtes sur leurs risques de cancer en tenant compte d’une l’alimentation et d’un style de vie sains. Le but de cette information devrait être de permettre aux femmes de vivre en santé, plutôt que de les encourager à se faire mutiler au nom d’une soi-disant prévention qui ne garantit pas qu’un cancer ne va pas apparaître ailleurs dans le corps.

 

 

Références:

Article d’Angelina Jolie dans le New York Times: http://www.nytimes.com/2013/05/14/opinion/my-medical-choice.html?_r=0

Il vaut vraiment la peine de visionner ce film de l’Office national du film (ONF) sur l’industrie du ruban rose. Il est en anglais mais avec une traduction française en sous-titre:
http://www.blogbang.com/articles/1727456-arnaque-humaniste-du-jour-l-industrie-du-ruban-rose-les-profits-du-cancer-du-sein-video-.html

http://www.rue89.com/2013/05/18/mastectomie-dangelina-jolie-quon-dit-quon-dit-mal-242422

http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2013/05/27/angelina-jolie-double-mastectomy.aspx

Commentaires   

0 #9 Manon 17-12-2015 13:53
Ouf !! Je ne suis pas d'accord j'ai perdu plusieurs personnes de ma famille a cause du cancer du seins on est porteur du BRCA1 on a un épée au dessus de la tête je vais me faire opéré en janvier car j'ai eu un cancer j'ai décidé de faire comme Angelina et c'est la plus intelligente décision que j'ai prise voyez vous dire qu'il a une meilleur solution comme mieu manger faire de l'exercices dsl mais en 2015 on cour super pour vous si la vie est remplis de pétales de rose mais pas pour tous le monde le stress est le plus destructeur donc a chacun sa meilleur décision mais si on veut voir grandir nos enfants des fois on a pas le choix
Citer
0 #8 virginie 13-03-2014 18:32
Moi je la comprends et je pense que j'aurais fait pareil à sa place... j'ai aussi choisi la double mastectomie mais bon moi on m'a enlevé une tumeur à seulement 33 ans avec une histoire familiale très lourde...
Citer
0 #7 May Boissonneault 18-06-2013 01:04
pour ma part je suis scandalisée d'apprendre qu'elle se fait enlever les 2 seins par prévention....il y aura des lourdes conséquences physiques et psychiques pour cette merveilleuse Angélina, il y a d'autres alternatives à essayer avant de prendre une telle décision et surtout qu'elle veut faire pareil pour les ovaires, pas facile, surtout que les médecins ne croit pas en autre chose..
Citer
0 #6 Danielle McCarthy 17-06-2013 21:27
Pour ma part, je crois qu'il est facile d'avoir une opinion lorsqu'on n'est pas confronté à une certaine réalité. Si des milliers de femmes de 85 ans ayant ce même gêne et ayant évité le cancer du sein par l'alimentation et l'hygiène de vie, je dirais: ouais ça du poids. Ce n'est pas que je n'y crois pas, mais juger une personne qui fait face à un très difficile choix et dont la vie est potentiellement en danger? Elle a pris le meilleure décision pour elle et d'autres font d'autres choix, c'est tout.
Citer
0 #5 stephanie 17-06-2013 18:20
J'aimerais juste ajouter que ce qui m'a étonnée encore plus est le fait qu'elle veut se faire enlever les ovaires!!! Là je me demande si elle fait bien car elle va être automatiquement en ménopause très dure pour le corps tout ça non ?
Citer
0 #4 stephanie 17-06-2013 14:14
Oui tu as raison Catherine c'est un très bon point que tu soulève là ça me fait beaucoup réfléchir je n'avais pas vu le problème sous cet angle!
Citer
0 #3 Catherine 17-06-2013 08:07
Je suis totalement d'accord avec cet article et avec les préconisations du Dr Mercola que je suis assidument.
Croyez-vous qu'il soit plus judicieux de se faire enlever les seins pour les remplacer par de la silicone ?
Et pour prévenir le cancer du cerveau va-t-on se le faire enlever de la même façon ?
Citer
0 #2 stéphanie 17-06-2013 03:26
Bonjour, j'avoue que l'idée de me faire enlever les seins me donnerais des sueurs froides! C'est une décision très lourde de conséquence, je n'aime pas porter de jugement sur les décisions des autres, dans le cas d'Angelina Joli du fait qu'elle possédait le gène je pense qu'elle a probablement prise la bonne décision
Citer
0 #1 AUBIERGE 15-06-2013 20:59
Je partage totalement le point de vue de l'auteur. Je sors de 3 mois de traitement pour un cancer du sein diagnostiqué en octobre et opéré en décembre. j'ai dû me battre contre les médecins pour imposer mes choix, refuser certains traitements.
Ils me parlaient pourcentages de risque de métastases, je leur répondais prévention par l'alimentation et l'hygiène de vie, et... Ils me riaient au nez et me disaient que j'étais "dans le déni !". Difficile à vivre quand on est dans une période plus fragilisée... Mais j'ai tenu bon et continué à exprimer mes opinions, dans l'espoir que ça serve à quelque chose un jour !
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir