Tout comme c'est le cas chez les femmes, l'approche médicale aux déficiences hormonales consiste la plupart du temps à prescrire une thérapie hormonale visant à combler les déficiences d'une hormone en particulier (typiquement la testostérone chez les hommes et l'œstrogène chez les femmes) sans se préoccuper de rétablir l'équilibre entre les différentes hormones stéroïdes, notamment la testostérone, l'œstrogène, la progestérone et la DHEA. Ce type d'intervention peut aider dans certains cas, mais il arrive souvent que cette approche «à la pièce» soit impuissante à régler des problèmes résultant de carences hormonales évidentes, comme la dysfonction érectile ou le manque de libido chez les hommes, qui sont pourtant des symptômes typiques de carence en testostérone. Dans un article publié dans la revue de la Life Extension Foundation1, le Dr Sergey A. Dzugan, président du comité scientifique de cet organisme, relate une étude de cas qui est un excellent exemple de la raison pour laquelle le traitement médical conventionnel pour la déficience en testostérone chez les hommes ne fonctionne pas toujours.

Un problème qui amène des conséquences désastreuses pour la santé des hommes est le changement de ratio entre l'œstrogène et la testostérone au mitan de la vie. Ainsi les hommes se retrouvent avec une dominance oestrogénique qui va rendre les cellules plus «sourdes» au message de l'insuline, ce qui va créer une sorte de cercle vicieux car la résistance à l'insuline va favoriser l'accumulation de graisse abdominale qui par l'action de l'enzyme aromatase va devenir une manufacture d'œstrogène. La hausse d'œstrogène dans le sang va faire augmenter le niveau de SHBG (protéine de liaison des hormones stéroïdes, et en particulier de la testostérone), ce qui va réduire dramatiquement la quantité de testostérone libre ou biodisponible dans le sang. Et à tout cela viendra s'ajouter une baisse de testostérone attribuable au ralentissement avec l'âge de la production surrénalienne de DHEA (déhydroépiandrostérone), une hormone qui est un précurseur dans la biosynthèse des androgènes (androstènedione et testostérone) par le corps.

Un niveau sain de testostérone est indispensable à la santé des os et au maintien de la masse musculaire chez les hommes. Une étude récente2 confirme de plus l'importance de la testostérone pour la santé cardiovasculaire. Le Dr Dzugan avait commencé par prescrire un supplément de testostérone à ce patient, mais après avoir augmenté la dose à deux reprises sans résultat, il en a conclu à une «déficience fonctionnelle»3 et a opté pour une approche holistique pour ré-équilibrer toutes les hormones stéroïdes, et non seulement remplacer la testostérone. Il fallait entre autres bloquer l'action de la 5-alpha réductase, l'enzyme responsable de la conversion de la testostérone vers la dihydrotestostérone (DHT) et de l'aromatase, l'enzyme qui convertit la testostérone en œstrogène. Ces transformations sont d'ailleurs deux facteurs de risque connus pour le cancer de la prostate. Finalement, il fallait augmenter le niveau de la testostérone libre en l'empêchant de se lier à la SHBG.

Ce patient avait également un niveau élevé de cholestérol, mais plutôt que de s'attaquer à ce problème en prescrivant des statines, le Dr Dzugan a décidé d'attendre les résultats de son approche holistique car l'hypercholestérolémie est souvent un signe que le corps est en manque d'hormones et le foie reçoit alors le message de produire plus de cholestérol, qui en est la matière première. Le Dr Dzugan considérait que la réduction naturelle du niveau de cholestérol de ce patient serait un indice important du succès de la thérapie proposée, basée sur une combinaison de phytothérapie et d'hormonothérapie, dont voici les principaux éléments:

  • La baie de Sabal (Serenoa repens), une plante dont on a démontré la capacité de réduire la production de la 5-alpha réductase.
  • La racine d'ortie, qui modère également la production de 5-alpha réductase et empêche la testostérone de se lier à la SHBG.
  • Le Pygeum africanum, une plante que l'on croit capable de réduire la prolifération des cellules de la prostate.
  • Le zinc, un inhibiteur d'aromatase très efficace.
  • La progestérone, à raison de 12mg par jour pour entraver la production de 5-alpha réductase et l'action de l'enzyme aromatase. Cette dose sera éventuellement ajustée à une dose d'entretien de 8mg aux deux jours.
  • La DHEA à raison de 100mg par jour jusqu'à ce qu'un test sanguin ou salivaire indique une augmentation de cette hormone. Par la suite, la dose sera réduite à 50mg par jour.

Non seulement ce protocole a-t-il permis de régler la carence en testostérone et la dysfonction érectile de ce patient mais a également aidé à normaliser son niveau de cholestérol. De plus, la réduction de la 5-alpha réductase faisait du même coup diminuer ses risques de cancer de la prostate car la DHT est un métabolite puissant de la testostérone qui est impliqué dans le développement de ce cancer.

À noter que la progestérone a joué un rôle important dans le succès de cette approche. Le Dr Dzugan l'explique ainsi: «Chez ce patient, les tests sanguins indiquaient que la progestérone était à la limite inférieure de la normale, c'est pourquoi nous avons décidé de faire monter le niveau de cette hormone pour assurer un contrôle efficace de l'aromatase, ce qui ferait baisser l'œstrogène. Chez les hommes, la progestérone est produite par les glandes surrénales et les testicules. Les hommes de plus de 40 ans devraient considérer la thérapie préventive de remplacement de la progestérone car cette hormone, qui diminue aussi avec l'âge, assure non seulement la suppression de l'aromatase mais également de la 5-alpha réductase. Grâce à ces propriétés, la progestérone «libère la testostérone», une hormone indispensable au maintien de la santé des hommes à tout âge».

 

Référence et lectures recommandée:

 

1 Life Extension Magazine, octobre 2005.
http://www.lef.org/magazine/mag2005/oct2005_ch_03.htm
2 La déficience en testostérone et la mortalité prématurée chez les hommes
3 «Déficience fonctionnelle» signifie que l'hormone est présente mais n'arrive pas à apporter son message aux cellules.

 

 

Tiré du livre «La thérapie hormonale plus efficace et sécuritaire, c'est possible», par le Dr George Gillson, M.D. Ce livre comprend un excellent chapitre sur la santé hormonale des hommes. Vous pouvez le commander sous l'onglet «Boutiques», catégorie «Matériel éducatif» ou appeler 1-800-486-0535.
















 

www.santedesfemmes.com
1.800.486.0535

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir