Une bataille intérieure entre un besoin et une peur…
Le stress chronique cache une bataille intérieure entre un ou des besoins (ou désirs) et une peur. «Je veux quelque chose, mais j’ai peur!», «Je veux avancer mais je recule ensuite!». Par exemple, Marie désire changer de travail car elle n’y est plus heureuse, mais elle hésite car elle a un poste stable, bien rémunéré avec beaucoup d’avantages sociaux. Elle a peur de quitter son travail, de ne pas trouver mieux, de perdre sa sécurité d’emploi ce qui fait qu’elle est incapable de prendre une décision, de passer à l’action. Elle reste donc paralysée dans une situation où elle n’est pas heureuse et peu à peu, la tristesse et la déception s’installent. Elle vit une bataille intérieure entre son besoin de s’épanouir et sa peur de l’inconnu. Ce genre de situation peut créer des tensions extrêmes à l’intérieur de nous!

La peur est souvent générée par des croyances qui ne sont pas bénéfiques pour nous. Ces croyances peuvent avoir été adoptées dans le passé suite à des expériences négatives. Par exemple Marie peut avoir adopté les croyances suivantes: «Mieux vaut être riche que pauvre», «Mieux vaut avoir un travail payant, quitte à ne pas faire ce que l’on aime dans la vie». Elle y croît car elle connaît des gens qui ont quitté leur travail et dont la situation s’est dégradée. Eh bien, Marie doit réaliser que ce n’est pas elle qui mène sa vie, mais plutôt ses croyances, donc aussi ses peurs!

Ce n’est pas parce qu’une situation est arrivée à quelqu’un d’autre par le passé que c’est ce qui va nous arriver...sauf si nous y croyons bien sûr! Qui sait ? Peut-être qu’un meilleur travail attend Marie! Lorsque nous prenons conscience de nos croyances non-bénéfiques il est important de remercier ces croyances pour le rôle qu’elles ont joué jusqu’à maintenant dans notre vie car elles étaient là pour nous protéger. Nous devons leur dire par contre que dorénavant, nous n’en avons plus besoin et que nous désirons aller de l’avant….malgré elles. Et bien figurez-vous que c’est souvent à ce moment-là que le stress se relâche et que nous réalisons que les peurs n’étaient pas fondées. Vous avez certainement déjà entendu les paroles suivantes: Avoir su, je l’aurais fait avant!!!!

Questions à vous poser pour vous libérer d’un stress:

  1. Quelle est la situation dans laquelle je vis du stress?
  2. Comment je me sens dans cette situation?
  3. De quoi ai-je peur pour moi?
  4. Quelles croyances cachent ces peurs (expériences négatives du passé)?
  5. Quels sont mes besoins?
  6. Que puis-je faire pour combler ces besoins?
Lorsque nous réussissons à trouver de quoi nous avons besoin, nous pouvons mettre toute notre énergie à combler ces besoins, plutôt que se vider d’énergie à stresser, à ne pas savoir pourquoi et à se sentir paralysés et impuissants.

Allez vers vos peurs

Comme nous l’avons vu plus tôt, derrière chaque stress se cache une peur. Certaines personnes vont jusqu’à vivre des crises de panique lors de grandes périodes de stress. Lorsque la peur nous paralyse, nous fait reculer et nous empêche d'aller plus loin, que pouvons-nous faire? La réponse est simple: nous pouvons aller en direction de notre peur. La peur peut nous montrer le chemin qui nous permet de nous libérer des croyances non-bénéfiques qui nous empêchent d'avancer. Lorsque nous osons nous tenir droit devant une peur, lorsque nous décidons de reprendre notre pouvoir devant cette peur, celle-ci se dissout au moment même où nous entreprenons ce qui nous fait peur. Comme nous l’avons vu dans le Dossier Stress – Partie 1: Les effets du stress sur la santé, la peur est un instinct de survie utile lorsque notre vie est réellement en danger, mais notre cerveau ne fait pas la différence entre un danger réel ou irréel: il réagit de la même façon. La paralysie entraînée par la peur nous empêche d'aller contacter ce qui a créé cette peur. Aller voir cette peur nous permet de la transcender et donc de libérer l'événement, la blessure et les croyances reliés à cette peur. Voici une histoire qui me fait bien sourire: un de mes amis me racontait que lorsqu’il avait 5 ou 6 ans, il s’est réveillé pendant la nuit en ayant très peur qu’il y ait un monstre dans la cuisine. Il était figé sous ses couvertures et avait très peur. Quelques minutes plus tard, il a fait un homme de lui, s’est levé de son lit, a pris sa batte de baseball et est allé voir dans la cuisine à quoi ressemblait ce monstre. Il a fait 3 ou 4 tours de la cuisine en courant avec sa batte de baseball….pour finalement s’apercevoir qu’il n’y avait pas de monstre. Il est retourné se coucher le cœur tranquille et le sourire aux lèvres, fier de lui, fier d’avoir été courageux. Aujourd’hui, il a 30 ans et se souvient encore de ce moment où il a eu très peur, mais où il a foncé quand même. Il raconte que cette expérience lui sert encore lorsqu’il vit des situations de stress! Il se rappelle qu’il est déjà allé vers ses peurs et que la plupart du temps, elles n’étaient même pas fondées. Tout au long de sa vie, il a transcendé ses peurs et cela a fait de lui un homme solide, très confiant en lui et en la vie et qui repousse sans cesse ses limites. La peur peut donc être une merveilleuse alliée pour nous permettre de nous libérer de ce qui nous empêche d’avancer dans la vie!

Lâcher prise
Nous entendons souvent ces mots! « Lâchez prise et vous vous sentirez mieux.» Facile à dire mais pas toujours facile à faire. Lâcher prise, ce n’est pas laisser tomber, se résigner, abandonner. Lâcher prise, c’est accepter les choses, même si ce n’est pas notre préférence, même si nous ne comprenons pas ou que nous ne sommes pas d’accord avec ce qui se passe. Lâcher prise, c’est continuer à poser les actions pour aller vers ce que nous voulons, en lâchant prise sur le résultat. Souvent les gens qui réussissent de grands exploits sont ceux qui agissent comme s’ils n’avaient rien à perdre. Aussi, plus nous résistons à une situation, plus nous lui donnons notre énergie. Résister à quelque chose que nous ne voulons pas, c’est diriger notre attention sur quelque chose que nous ne voulons pas!!! Lâcher prise, peut faire place à la solution qui nous permettra de nous libérer d’un stress. Mieux vaut lâcher prise sur ce qui nous stresse et diriger notre attention sur ce que nous voulons être, faire et avoir. Lâcher-prise est une autre façon de se libérer.


Écrire
L’écriture peut nous aider à mettre des mots sur ce que nous ressentons, à nous libérer de nos émotions. Nous pouvons même faire des dessins de ce que nous ressentons, de nos peurs, de nos besoins, de nos désirs les plus fous et de nos actions pour arriver à concrétiser ces besoins et désirs. Certaines personnes tiennent un journal intime pour y consigner leurs émotions et d’autres ont un album de désirs dans lequel ils écrivent leurs désirs et collent des photos de ce qu’ils veulent obtenir dans la vie. Ces méthodes nous permettent d’être plus présents à nos désirs, de les rendre vivants. C’est une première action non-négligeable dans la direction où nous voulons aller.

Écouter notre cœur
«La raison peut nous avertir de ce qu'il faut éviter, le coeur seul nous dicte ce qu'il faut faire.» - J. Joubert

Écouter notre cœur et faire les choses selon ce qu’il nous dicte est la meilleure façon de vivre le bonheur, d’avoir de l’énergie, d’être centré, d’être en santé et de vivre sans stress. Oui mais la raison elle? La raison, c’est-à-dire «le mental» juge les expériences vécues et les classe comme positives ou comme négatives. Nous nous identifions beaucoup à notre mental et nous le laissons diriger notre vie. Ce dernier veut à tout prix nous éviter les expériences négatives et c’est pour cela que nous avons peur et que nous pouvons vivre du stress lorsque nous sommes face à l’inconnu. Nous ne devons pas oublier que le mental a son utilité mais que ce n’est pas lui le maître de la maison. C’est vous qui êtes le maître! Il est temps de dire merci à votre mental de vous avoir protégé jusqu’à maintenant mais que dorénavant, son travail sera de classer vos expériences (et vos croyances) dans votre mémoire….et non pas de diriger votre vie. Si vous laissez votre mental être le maître, vous créerez votre vie à partir de votre passé (expériences classées), à partir de vos croyances et à partir de vos peurs (inconnu). C’est cela qui fait que nous répétons encore et encore les mêmes erreurs, même si ce n’était pas notre intention au départ. C’est vous maintenant qui dirigerez votre vie, non pas à partir de votre passé, ni d’un futur hypothétique, mais plutôt à partir du moment présent, le seul moment qui existe.

Écouter votre cœur c’est diriger votre vie!
C’est créer votre vie à partir de ce que vous voulez maintenant!

BONNE SANTÉ OPTIMALE!

Julie Turcotte, B. Sc.



Références

Les 7 étapes du lâcher-prise, Colette Portelance, Éditions du CRAM, 2009.

Écoute ton corps Tome 1, Lise Bourbeau, Éditions ETC., 1988.

www.psycho-ressources.com/bibli/comprendre-stress.html

www.ehealthmd.com/library/stress/str_causes.html

www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/ArticleComplementaire.aspx?doc=stress_ame_corps_do

www.kriyaateliers.com


Lectures suggérées par Micheline

Pratiquez la cohérence cardiaque, dès aujourd'hui
Apprenez à contrôler votre respiration et la variabilité des battements de votre coeur pour réguler votre stress et chasser la maladie.
http://www.guerir.org/magazine/en-video-pratiquez-la-coherence-cardiaque-des-aujourdhui En écoute:

30 minutes de relaxation guidée

Laissez-vous guider par David Servan-Schreiber pendant 30 minutes de relaxation.
http://www.guerir.org/dossiers/renforcer-son-terrain/relaxation-guidee/en-ecoute-30-minutes-de-relaxation-guidee

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir