(Révisé le 27 février 2013)

 Si vous êtes une femme post-ménopausée et que vous avez un taux de cholestérol total élevé, votre médecin vous a probablement recommandé de prendre des médicaments anti-cholestérol ou statines. Sachez que cela pourrait être nocif pour votre santé. Une nouvelle étude publiée dans la revue Archives of Internal Medicine rapporte que les statines augmentent de 71% le risque de diabète chez les femmes post-ménopausées. Puisqu’il a été prouvé que le diabète est déjà l’une des causes majeures des maladies cardio-vasculaires, cette étude remet en question les directives et les recommandations actuelles données par la plupart des médecins et leurs associations médicales professionnelles. Chez les femmes, la recommandation d’utiliser des statines comme mesure de préévention des infarctus pourrait causer plus de mal que de bien car pour les femmes, les statines augmentent de 48% le risque de diabète, une maladie qui a un impact dévastateur sur tout le système cardiovasculaire.

De toute façon il n'a jamais été démontré que les statines pouvaient prévenir une première crise cardiaque, mais seulement une seconde crise cardiaque.  Cela veut donc dire que de prendre des statines en prévention dite "primaire" pour faire baisser un niveau de cholestérol un peu trop élevé n'est absolument pas justifié. Ceci est un point sur lequel le Dr Michel de Lorgeril, un cardiologue français qui s'est fait le champion des consommateurs pour leur faire connaître la vérité au sujet des statines, insiste dans son livre "Cholestérol, mensonges et propagande".

Le lien avec le diabète apparaît aussi bien chez les femmes qui ont des maladies cardiaques que chez celles qui n’en n’ont pas. Étonnamment, le risque de maladie cardiaque était même plus élevé chez les femmes minces. Une minorité de femmes étaient aussi affectées de manière disproportionnée. Le risque de diabète était de 49% pour les femmes blanches, de 57% pour les femmes hispaniques, et de 78% pour les femmes asiatiques.

Mais dans les déclarations comme: «Ma décision est prise, ne m’embrouillez pas avec ces études» typique de l’establishment médical, les autorités médicales maintiennent qu'il n'est pas nécessaire de changer les lignes directrices pour l’utilisation des statines dans la prévention primaire des maladies cardiaques.

D’autres études ont récemment remis en question la croyance selon laquelle un haut niveau de cholestérol augmenterait le risque de maladies cardiaques avec l’âge. Pour ceux qui ont un taux plus haut que 85 mg/dl, il s’avère plutôt qu’un haut taux de cholestérol protégerait non seulement de la mort par infarctus mais aussi de la mort par toute autre cause. Cela est particulièrement vrai pour les femmes âgées chez qui on a constaté une plus grande longévité lorsque leur niveau de cholestérol est plus élevé.

Un niveau de cholestérol trop bas pourrait vous être fatal
Effectivement, une étude récente montre que chez les personnes âgées en santé, de hauts niveaux de cholestérol seraient associés avec les plus bas taux de mortalité causés par des maladies cardiovasculaires. Cela est extrêmement inquiétant puisque des millions d’ordonnances sont écrites chaque jour dans le but de diminuer le taux de cholestérol chez les personnes âgées et ce même s’il n’existe aucune preuve d’un lien entre de hauts taux de cholestérol et la mort causé par les maladies cardio-vasculaires chez la population âgée entre 55 et 84 ans; et pour les personnes âgées de plus de 85 ans, l’association serait même inverse – un plus haut taux de cholestérol étant relié au plus bas taux de décès par maladies cardio-vasculaires. Ce lien entre le cholestérol et la longévité est de fait plus évidente chez les femmes que chez les hommes.

L’industrie pharmaceutique, les associations médicales et les chercheurs universitaires qui obtiennent des subventions de recherche de l’industrie pharmaceutique continuent à prêcher les merveilles des statines, mais des études comme celles-ci devraient nous faire regarder en face les pratiques actuelles. Font-elles plus de mal que de bien?

On entend maintenant parler de cardiologues tellement "vendus" à l'industrie pharmaceutique qu'ils recommandent même de mettre des statines dans l’eau de consommation, de les distribuer gratuitement dans les restaurants de fast-food et de les garder à disposition de tous en vente libre! Ils veulent même les prescrire aux enfants ! Ils croient au maintien d’un taux de cholestérol le plus bas possible. Plus c'est bas, mieux c'est ! Le mot "cholestérol" est devenu synonyme de "mauvais" ou "danger". Pourtant sans cholestérol la vie humaine et animale serait immédiatement enrayée de la planète ! Cette substance est absolument essentielle à la survie des mammifères, dont vous et moi.

Récemment, le groupe scientifique Cochrane a commandé une révision des études majeures concernant les statines par un groupe international de scientifiques indépendants. La revue n’a pas réussi à démontrer les bénéfices de l’utilisation des statines dans le cadre de la prévention primaire des crises cardiaques et de la mort causée par celles-ci. De plus, plusieurs autres études vont dans le même sens et mettent en évidence les effets secondaires significatifs et fréquents qui viennent avec l’utilisation de ces médicaments. Si les chercheurs trouvaient que la consommation de deux verres d’eau le matin pouvait prévenir les attaques cardiaques, même si l’évidence était faible, nous voudrions adopter cette mesure immédiatement. Que des avantages et aucun inconvénient!

Mais ce n’est pas le cas avec les statines. Les avantages sont loin d'être clairement démontrés et ces médicaments causent des effets secondaires parfois effarants: dommages aux muscles, crampes et faiblesse musculaires, douleurs et raideur des muscles et articulations, intolérance à l’exercice, dysfonctions sexuelles, dommages au foie et au système nerveux , et bien d’autres problèmes de santé chez un bon pourcentage des patients qui les utilisent. Ils peuvent aussi causer de sérieux préjudices aux cellules, aux muscles et aux nerf allant jusqu'à la mort cellulaire en l’ABSENCE de symptômes.

Dans la littérature, il ne manque pas du tout de recherches qui remettent en question le bénéfice des statines. Malheureusement, ces recherches ne bénéficient pas des billions de dollars de marketing et de publicité dont les statines bénéficient. On a vanté une grande étude qui prouvait que les statines fonctionnaient bien pour prévenir les attaques cardiaques, mais les choses se gâtent lorsqu’on y regarde de plus près.

C’est l’étude JUPITER qui a démontré que la diminution du LDL (ou mauvais cholestérol), sans une réduction de l’inflammation (mesurée par la protéine C-réactive) ne prévenait pas les attaques cardiaques ou la mort. Il est vrai que les statines réduisent l’inflammation, mais on a vanté les mérites de cette étude pour prouver l’efficacité de ces médicaments. Souvenez-vous que ce n’est pas la diminution du taux de cholestérol qui a aidé (effet attendu des statines), mais plutôt le fait que les statines aient diminué l’inflammation. Ce que les gens qui utilisent cette étude pour prouver que les statines fonctionnent ignorent, est le fait qu’il y a de bien meilleures façons de diminuer l’inflammation, que de prendre une telle médication et risquer de se retrouver avec le diabète.

Jusqu’à présent, d’autres études ont démontré qu’il n’y avait pas de bénéfices à utiliser des statines chez les femmes de plus de 69 ans quel que soit leur niveau de cholestérol. Quelques études ont même démontré qu’une diminution drastique du taux de cholestérol pouvait causer PLUS de problèmes cardiaques en menant à PLUS de formation de plaques sur les artères, sans diminuer le nombre d’attaques cardiaques.

D’autres recherches remettent en question notre acharnement contre le LDL (ou mauvais cholestérol). Nous nous acharnons contre celui-ci car nous avons de bons médicaments pour le diminuer, mais il se peut que ce ne soit pas le véritable enemi. Le vrai problème c’est un HDL (bon cholestérol) trop bas, qui est causé par la résistance à l’insuline.

En fait, les études démontrent que si vous diminuez le LDL chez des gens qui ont déjà un niveau de HDL bas – marqueur de «diabésité», le continuum de l’obésité, du pré-diabète et du diabète – il n’y a pas du tout d’avantages.

Il est étrange que le monde médical choisisse d'ignorer le fait que 50 à 75% des gens qui ont des attaques cardiaques, ont un niveau normal de cholestérol. Pourtant en 2004, le National Cholesterol Education Program aux É.-U. a étendu les directives précédentes pour recommander aux gens qui n’ont pas de problèmes cardiaques (entre 13 et 40 millions de personnes) de prendre des statines. À quoi pensent-ils ?

Pourquoi des scientifiques respectés voudraient-ils aller à l’encontre de l’écrasante littérature qui prouve que les statines ne préviennent pas les maladies cardiaques, chez les personnes qui n’ont jamais eu de problèmes cardiaques?

Pour trouver la réponse, suivez la trace de l’argent.

Qu’est-ce que les femmes devraient faire? 
 Si vous avez déjà eu une attaque cardiaque, votre médecin insistera que les statines peuvent vous protéger contre une seconde attaque. Donc il pourrait être prudent de les prendre si vous êtes prêt(e) à composer avec les effets secondaires.

Toutefois, si vous faites partie du très grand nombre de femmes en santé à qui on prescrit des statines à cause d'un niveau de cholestérol un peu élevé , dites-vous que le risque dépasse largement les bénéfices.

Dans l’éditorial qui accompagnait l’étude sur les femmes qui prennent des statines, la Dre Kirsten Johansen de l’Université de Californie à San Francisco, affirmait que l’accroissement du risque de diabète chez les femmes qui n’ont pas de maladies cardio-vasculaires «pèse lourd dans la balance des risques et bénéfices des statines pour la prévention primaire, pour laquelle les méta-analyses n’ont pas montré d’effet sur le taux de mortalité, toutes causes confondues.»

En termes clairs, elle dit que les femmes qui n’ont pas de problèmes cardio-vasculaires ne devraient pas utiliser des statines parce que:

  1. Il existe plusieurs preuves de leur inefficacité pour prévenir les attaques cardiaques si vous n’en avez jamais eu par le passé.
  2. Les statines augmentent significativement le risque de diabète et de problèmes hépatiques.

De l'avis des médecins comme le Dr de Lorgeril en France, et aux É.-U. le Dr Joseph Mercola, traiter avec des médicaments les facteurs de risques comme un haut taux de cholestérol est un postulat de départ erroné. Nous devrions plutôt traiter les causes – l’alimentation, le manque d’exercice physique, la façon de gérer le stress, les relations sociales et l’exposition aux toxines environnementales – qui ont beaucoup plus d’impact sur la santé et sur la prévention des maladies que n’importe quel médicament sur le marché.

Souvenez-vous que ce que vous mettez au bout de votre fourchette aura toujours beaucoup plus d’impact positif sur votre santé que tout ce que vous pouvez trouver au fond d’une boîte de pilules.

 

 

 

Références:
http://drhyman.com/why-women-should-stop-their-cholesterol-lowering-medication-8209/

Voir aussi:
Les médicaments anti-cholestérol font perdre la mémoire et augmentent le risque de diabète http://www.lanutrition.fr/les-news/les-medicaments-anti-cholesterol-font-perdre-la-memoire-et-augmentent-le-risque-de-diabete.html

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir