La progestérone est une hormone stéroïde produite par les ovaires chez les femmes et les testicules chez les hommes. Les glandes surrénales (chez les deux sexes) en produisent également tout au long de notre vie. La progestérone est reconnue comme un précurseur de la plupart des autres hormones, notamment du cortisol, de l’androstenedione, des oestrogènes et de la testostérone. Cela veut dire que le corps peut s’en servir pour fabriquer ces autres hormones en cas de besoin.

Avant la ménopause, les femmes fabriquent la progestérone surtout à partir des ovaires, dans les deux semaines suivant l’ovulation (phase lutéale) à raison de 20 à 30 mg par jour. Le rôle le plus connu de la progestérone est celui qu’elle joue dans la gestation (c’est de là qu’elle prend son nom). Mais cela n’en fait pas pour autant une hormone «féminisante». Au contraire, la progestérone ne confère pas de caractéristiques sexuelles et autant les hommes que les femmes peuvent l’utiliser à cause de son autre fonction vitale, qui est d’assurer l’équilibre hormonal.

Entre autres, elle sert à contrebalancer les effets potentiellement nocifs des oestrogènes, particulièrement leurs effets cancérogènes. La dominance en oestrogènes est un problème que les femmes de tout âge peuvent éprouver et qui peut avoir des conséquences néfastes sur la santé. La progestérone peut également aider à assurer l’équilibre des hormones androgènes et c’est pourquoi les crèmes transdermiques à la progestérone sont de plus en plus utilisées par les hommes.