Non, aucune plante ne contient de progestérone identique à celle que l’on trouve dans le corps humain. Les plantes contiennent un précurseur à la progestérone (et à d’autres hormones stéroïdes), qui s’appelle la diosgénine. Cependant, d’après les chercheurs (biochimistes et médecins) qui ont étudié cette question, ce précurseur ne se transforme pas en progestérone dans le corps humain. Il faut donc faire cette transformation en laboratoire.

À cause de la similarité entre la molécule de diosgénine et la structure moléculaire des hormones stéroïdes, c’est la façon la plus directe, simple et économique d’obtenir des hormones bio-identiques. C’est pourquoi toutes les hormones bio-identiques qu’il y a sur le marché aujourd’hui (cela comprend les oestrogènes, la progestérone et même la DHEA) sont d’origine végétale, tirées du soya et de l’igname sauvage du Mexique.

Par contre, il y a aussi des hormones non bio-identiques qui sont d’origine végétale, dont l’acétate de médroxyprogestérone! On part de plantes comme le soya ou l’igname sauvage, mais plutôt que d’obtenir une hormone dont la structure moléculaire est identique à nos propres hormones, on pousse la transformation plus loin pour obtenir une configuration d’invention humaine et donc en faire un imposteur hormonal.

Ce qu’il faut retenir est ceci : peu importe l’origine des hormones de remplacement, l’important est d’utiliser des hormones de remplacement identiques à celles que notre corps fabrique. Si elles sont identiques, notre corps peut s’en servir et les métaboliser très efficacement. Sinon, ce sont des imposteurs qui auront toutes sortes d’effets secondaires car notre corps aura beaucoup de mal à les métaboliser.