Bien des médecins ne croient pas encore que la progestérone bio-identique administrée par voie transdermique (sous forme de crème ou de gel) est une approche valide à la thérapie hormonale de substitution (THS). Toutefois, des recherches qui sont en cours mettent en évidence les fondements scientifiques de cette approche. Voici une description de deux études menée selon les règles de l’art où cette approche a donné des résultats démontrant que ce type de traitement hormonal peut aider autant les hommes que les femmes grâce à l’effet anti-inflammatoire et anti-ride de la progestérone.  

La progestérone bio-identique transdermique comme traitement hormonal pour l’ostéoarthrite

L’ostéoarthrite, une maladie que l’on retrouve partout dans le monde, est la forme d’arthrite la plus fréquemment diagnostiquée, et est fortement associée au processus de vieillissement. À cause de son effet sur les mouvements et la mobilité, l’ostéoarthrite a un impact fonctionnel significatif au niveau individuel et est associée à des coûts médicaux considérables. Avec le vieillissement de la population et l’épidémie d’obésité actuelle, on s’attend à ce que le fardeau de l’ostéoarthrite augmente dans les 20 prochaines années. 

Bien que l’ostéoarthrite ait en premier lieu été considérée comme une arthropathie non-inflammatoire, des symptômes d’inflammation locale et de synovite sont présents chez plusieurs patients et ont été observés malgré l’absence d’inflammation classique, qui est caractérisée par une infiltration de globules blancs tels que les neutrophiles et les macrophages dans les tissus des articulations.

La progestérone bio-identique sous forme de crème ou de gel topique a démontré des effets anti-inflammatoires dans l’ostéoarthrite en supprimant l’expression des gènes qui produisent les cytokines inflammatoires. De plus, cette utilisation de la progestérone pourrait indirectement régulariser le remodelage osseux et jouer un rôle dans le développement et la maintenance du cartilage. Basée sur le processus pathogène, cette recherche abordait l’utilisation de la progestérone bio-identique transdermique, appliquée aux endroits où la douleur et l’inflammation sont localisées, en tant que traitement hormonal de l’ostéoarthrite.

Cette recherche est encore en cours mais pour en savoir plus :

Department of Internal Medicine, Siloam International Hospitals. Karawaci, Indonesia. Transdermal bio-identical progesterone cream as hormonal treatment for osteoarthritis. Wardhana Surachmanto EE, and al. Acta Med Indones, 2013 Jul;45(3):224-32, http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24045394

                                                L’effet anti-ride de la progestérone transdermique

Une autre étude a mis en évidence les effets de la crème à la progestérone 2% appliquée sur la peau des femmes préménopausées et ménopausées: il s’agit d’une étude clinique randomisée, à double insu et contrôlée par placebo.

La crème à la progestérone transdermique est prescrite par les gynécologues depuis fort longtemps comme traitement anti-vieillissement et raffermissant de la peau, mais on n’avait aucune évidence scientifiqueou clinique de son effet, de sa tolérabilité et de sa sécurité lorsqu’elle est appliquée sur la peau. Une étude clinique randomisée, à double insu et contrôlée par placebo qui a été conduite sur 40 sujets vient de changer cette situation. Les chercheurs ont choisi des méthodes objectives de mesure de l’élasticité de la peau, de l’hydratation de l’épiderme et des lipides présents à la surface de la peau, un suivi clinique et une auto-évaluation, et le dosage des niveaux d’hormones sériques (LH, FSH, œstrogène et progestérone) afin de déterminer les effets et effets secondaires de ce traitement, sur 4 visites pendant une période de 16 semaines.

L’étude a démontré une augmentation significative des propriétés élastiques de la peau dans le groupe recevant la crème à la progestérone, comme démontré par les mesures objectives de 3 paramètres d’élasticité de la peau, alors que dans le groupe contrôle, aucun effet n’a été observé. Cet effet observé dans le groupe traité a plus tard été comparé aux résultats du suivi, où la crème à la progestérone 2% montrait un rendement substantiel supérieur en tant que véhicule empêchant différents signes de vieillissement de la peau chez les femmes préménopausées et ménopausées. Le suivi clinique a montré une plus grande réduction du nombre de rides (29.1% vs 16.5%) et de la profondeur des rides (9.72% vs 7.35%) et une augmentation significative de la fermeté de la peau (23.61% vs 13.24%) dans le groupe traité. L’hydratation de l’épiderme et les lipides présents à la surface de la peau n’ont pas changé de façon significative dans les deux groupes pendant la durée de l’étude. La progestérone était bien absorbée dans la circulation systémique, ce qui veut dire que les niveaux sanguins se sont élevés de façon minimale, mais significative (0.53 ng/mL). Aucun effet secondaire sérieux n’a été observé pendant le traitement.

Voici les conclusions de cette étude, menée à Vienne en Autriche, telles que publiées dans une revue scientifique: «Les résultats de cette étude démontrent que la progestérone transdermique à 2% agit surtout en augmentant l’élasticité et la fermeté de la peau chez les femmes préménopausées et ménopausées. Ces effets positifs, combinés avec une bonne tolérabilité fait de la crème à la progestérone un agent traitant possible pour freiner le processus de vieillissement chez les femmes après la ménopause.»




Source:
Division of Special and Environmental Dermatology, Medical University of Vienna, Währinger Gürtel 18-20, A-1090 Vienna, Austria. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Effects and side-effects of 2% progesterone cream on the skin of peri- and postmenopausal women: results from a double-blind, vehicle-controlled, randomized study. Holzer G and al., Br J Dermatol. 2005 Sep;153(3):626-34.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir