Betty, une femme caucasienne de 52 ans qui habite à New York est venue me consulter il y a quelques années. Elle avait une personnalité très aimable, malgré toute la frustration qu’elle vivait par rapport à ses problèmes de santé et l’incapacité des médecins à les soulager. Elle souffrait de fatigue chronique, de douleurs musculaires, de dépression, d’insomnie et d’ostéoporose avancée. Elle disait que ses problèmes de santé avaient commencé au début de la vingtaine et s’étaient mis à empirer avec les années, et ce, malgré tous les nombreuses tentatives de les régler. Elle a fait plusieurs bilans de santé et a utilisé toutes les ressources qu’elle avait pour qu’on puisse enfin diagnostiquer ses problèmes de santé.

Lorsque les médecins ne sont pas arrivés à diagnostiquer la cause de ses problèmes, Betty a été étiquetée comme une «hypochondriaque» avec un désordre psychosomatique, ce qui veut dire qu’on a décrété que ses problèmes physiques étaient d’ordre psychologique plutôt que d’ordre physiologique. Elle a donc subi une évaluation psychiatrique complète – mais sans succès. Les médicaments d’ordonnance n’ont pas réglé son problème de dépression. Graduellement, la fatigue chronique, la fibromyalgie, la dépression, l’insomnie et l’ostéoporose ont commencé à empirer. Elle devenait ainsi une autre victime du système médical traditionnel qui n’arrive pas à traiter efficacement les problèmes de fatigue chronique.

Betty est donc devenue désespérée. J’ai écouté patiemment son histoire de malheur et j’ai révisé tous ses antécédents médicaux. Je n’y ai pas trouvé d’indices concluants. À ce moment-là, je n’avais pas tous les tests diagnostic auxquels nous avons accès maintenant, mais j’ai utilisé ce qui était disponible pour mesurer les hormones de Betty, ainsi que l’état des systèmes immunitaire, digestif et de détoxification.

Les tests ont révélé plusieurs anomalies, qui validaient clairement que Betty était malade. Ses problèmes de santé n’étaient pas imaginaires: elle avait des déséquilibres métaboliques importants. Selon les résultats, elle souffrait de fatigue surrénalienne extrême et d’hypothyroïdie, mais malheureusement, à cause de la non disponibilité de tests spécifiques, j’étais incapable de trouver la cause sous-jacente de ses déséquilibres hormonaux. Comme les autres médecins avant moi, j’ai commencé à travailler avec elle pour traiter ses symptômes – avec très peu de succès.

J’ai révisé son dossier médical et j’ai remarqué qu’elle avait des racines irlandaises. Je savais qu’il y avait un risque statistique pour qu’elle soit atteinte de la maladie coeliaque, même si elle ne démontrait pas de symptômes évidents et qu’il n’y avait pas d’histoire familiale de maladie coeliaque. Une seule chose m’a amené à suspecter que Betty pouvait bien avoir une intolérance au gluten: c’est l’ostéoporose.

J’ai suggéré à Betty de commencer une alimentation sans gluten. Elle était heureuse d’essayer cette solution et les résultats ont été totalement inattendus. En seulement 60 jours d’alimentation sans gluten, ses symptômes ont complètement disparu! Elle ne souffrait plus de fatigue chronique, de dépression, de fibromyalgie ou de problèmes d’insomnie, et même son ostéoporose avait cessé de progresser. J’ai été amusé et soulagé lorsqu’elle m’a annoncé que ses symptômes avaient disparu à 100%. Éliminer le gluten de son alimentation avait définitivement amélioré sa qualité de vie, et lui avait peut-être même sauvé la vie!

Betty a transité facilement vers la ménopause en équilibrant ses hormones et en utilisant les tests de laboratoire appropriés pour la guider dans sa supplémentation en hormones. Elle vient d’avoir 70 ans, elle est heureuse et mène une vie active.

Source:
http://www.coreonehealth.com/a-silent-epidemic  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir