C’est une vitamine dont on ne parle pas beaucoup, mais saviez-vous que la vitamine K joue un rôle essentiel pour maintenir la santé et l’intégrité des os, et qu’en plus de cela elle est indispensable à la santé du système cardiovasculaire?

La fonction la plus reconnue de la vitamine K est de normaliser la coagulation sanguine. Mais des études récentes ont démontré qu’elle a plusieurs autres fonctions vitales dans le corps. Des recherches menées au Japon suggèrent qu’elle pourrait posséder des pouvoirs antioxydants encore plus grands que la vitamine E ou la coenzyme Q-10. Et en ce moment, des scientifiques étudient la possibilité que la vitamine K puisse traiter certaines formes de cancer et même la maladie d’Alzheimer. Mais c’est surtout dans la lutte contre l’ostéoporose et les maladies cardiovasculaires que la vitamine K retient en ce moment l’attention du monde scientifique.

Vos os ne peuvent s’en passer...
La vitamine K est nécessaire à la production d’une protéine, l’ostéocalcine, qui sert de «colle» biologique qui fixe le calcium dans la matrice des os. De plus, la vitamine K agit comme antioxydant qui permet à l’ostéocalcine de garder son efficacité. Une des raisons pour lesquelles nous perdons de la masse osseuse en vieillissant est que l’action de l’ostéocalcine est entravée par un processus qu’on appelle la carboxylation (suite à l’attaque du radical carboxyle sur cette protéine). Si elle est présente en quantité suffisante, la vitamine K peut alors venir à notre rescousse, car elle a le pouvoir de neutraliser ce radical libre.

On parle beaucoup du rôle du calcium, du magnésium et de la vitamine D dans la prévention et le traitement de l’ostéoporose. Des études récentes, menées au Japon et en Hollande, mettent maintenant la vitamine K pratiquement sur un pied d’égalité avec ces nutriments essentiels à la santé des os. Par exemple, dans une étude on a comparé l’efficacité d’un supplément de vitamine K administré à 72 femmes souffrant d’ostéoporose avec Didronel®, un biphosphonate1. Au bout de deux ans, on n’a constaté aucune différences dans les taux de fractures entre les femmes qui avaient pris la vitamine K et celles qui avaient pris le médicament. Soulignons que d’autres études ont démontré que les personnes qui ont une alimentation déficiente en vitamine K courent un plus grand risque de fractures de la hanche.

Et votre cardio en a besoin aussi...
D’autres études ont démontré que la vitamine K aide à prévenir le durcissement des artères, un facteur commun dans les maladies coronariennes et les défaillances cardiaques. Au fur et à mesure que nous vieillissons, nos artères s’encombrent de déchets de calcium et de gras oxydés. Ces dépôts rétrécissent graduellement nos artères et entravent le passage du sang. À cause de la plus grande pression qui s’exerce sur les artères et le coeur, les facteurs de risque tels quel’hypertension s’aggravent. Une analyse clinique menée à Rotterdam1 sur 4 500 patients a montré une corrélation entre l’administration de vitamine K (sous forme de ménaqinone-7) et une diminution de l’incidence de la calcification de l’aorte (la principale artère qui mène au coeur). On a constaté que les artères libres d’athérosclérose avaient une concentration de 20 à 50 fois plus grande en vitamine K que les artères où la plaque s’était installée. De plus, les artères bien alimentées en vitamine K étaient plus flexibles et élastiques, réduisant ainsi les risques d’hypertension. Dans une autre étude, cette fois avec 4 000 participant(e)s, on a constaté: 50% moins de crises cardiaques, 50% moins de décès dus à des cardiopathies et 25% moins de décès en général chez les personnes ayant des niveaux optimaux de vitamine K.

Et ce n’est pas tout...
Je ne puis élaborer sur ce point faute d’espace, mais la vitamine K a également des propriétés anti-cancer prouvées. Entre autres, on sait qu’elle encourage le «suicide» des cellules cancéreuses dans les cas de cancer des ovaires et du pancréas, et qu’elle ralentit la croissance de ces cellules dans le cas de certains cancers du poumon ou du foie (carcinome hépatocellulaire).

En consommons-nous assez?
Étant donné l’importance de cette vitamine, il faut s’assurer que notre alimentation en contient suffisamment. Ne la recherchez pas dans les suppléments de vitamines: Santé Canada n’en permet pas la vente sous cette forme. La meilleure source alimentaire de vitamine K se trouve dans les légumes-feuilles vert foncé, en particulier les graminées en herbe (herbe d’orge ou de blé). Les jus de graminées en herbe offrent un apport en vitamine K beaucoup plus concentré que la simple consommation de légumes verts. C’est de fait ce qui se rapproche le plus d’un supplément.

Un médecin et scientifique japonais, le Dr Yoshihide Hagiwara, a consacré des années à mener des recherches sur plus de 200 types de plantes, dont les fruits, les légumes et les graminées, pour en venir à la conclusion que «la jeune herbe d’orge est l’un des aliments nutritionnellement les mieux équilibrés de la nature». Il a par la suite développé un procédé unique d’extraction et de déshydratation du jus de cette plante afin que le produit final retienne tous les antioxydants, enzymes, vitamines, minéraux, acides aminés et autres nutriments que l’on trouve dans les feuilles d’orge verte fraîchement cueillies.

Le jus d’herbe d’orge peut être consommé par des personnes de tout âge – on peut même l’ajouter au biberon des nourrissons. Mais attention – cela ne s’applique pas aux produits qui contiennent une multitude d’ingrédients «verts» de toutes sortes. Plus il y a d’ingrédients dans un produit, moins il convient à tout le monde... Par exemple, si vous vous alimentez selon votre groupe sanguin, il est presque impossible qu’un produit qui contient 30 différentes plantes puisse vous convenir.

Personnellement, je consomme du jus d’orge verte préparé selon le procédé du Dr Hagiwara: le BarleyLife de la compagnie AIM International, auquel j’attribue en bonne partie la vitalité dont je jouis actuellement. Je suis plus en forme maintenant, à 65 ans, que je l’étais il y a dix ans! Bien des femmes bien plus jeunes que moi me disent qu’elles auraient de la difficulté à faire des milliers de kilomètres de route et donner plus de 25 conférences en un mois et demi, comme je le ferai ce printemps!




Nota:Pour les personnes qui ont un problème de santé exigeant la prise d’anticoagulants comme le Coumadin, les légumes verts (et par conséquent les jus verts) peuvent être contre-indiqués. Consultez votre médecin si tel est votre cas.

Références et lectures recommandées:
- Référence sur les études scientifiques (en anglais): www.mercola.com
- Voir ma chronique intitulée: «Les médicaments pour l’ostéoporose: oui ou non?»
- Voir également le site web: AIM pour la santé


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir