Le SOPK, une nouvelle épidémie qui cause l’infertilité, la pilosité excessive, l’acné et plus encore…

Par le Dr John R. Lee, M.D. et Virginia Hopkins

Tout au long de mes trente années de pratique de la médecine, je n’ai pas observé beaucoup de cas de syndrome des ovaires polykystiques (SOPK). Mais aujourd’hui, on estime que de 10 à 20% des femmes ont le SOPK, et je suppose que chez les jeunes femmes, le nombre est encore plus élevé, ce qui constitue presque une épidémie.

J’ai reçu plusieurs courriels et lettres de la part de jeunes femmes à la fin de leur adolescence et début vingtaine aux prises avec le SOPK. Les médecins ont tendance à prescrire deux types de traitements, les deux ne traitant que les symptômes, et n’étant pas tellement efficaces en fin de compte. Le premier traitement consiste en une castration chimique, avec des contraceptifs oraux, des androgènes (hormones mâles), des inhibiteurs d’androgènes, des oestrogènes synthétiques ou du Lupron, ou autres médicaments similaires qui bloquent la production d’hormones. Le second traitement consiste à utiliser de nouveaux médicaments qui traitent le diabète de type II, dans le but de diminuer la résistance à l’insuline. Personnellement, j’ai une approche beaucoup plus sécuritaire, simple et efficace, qui est moins dispendieuse et qui traite non seulement les symptômes, mais aussi la cause du SOPK.

Qu’est-ce que le SOPK?
Le SOPK se traduit par de multiples kystes au niveau des ovaires et par plusieurs autres problèmes de santé tels que l’absence d’ovulation, les irrégularités menstruelles, l’hirsutisme (poils au visage), l’alopécie de type androïde, l’acné et bien souvent l’obésité. Certaines femmes peuvent aussi avoir un certain degré de résistance à l’insuline et une prédisposition au diabète de type II, des triglycérides plus élevés, et une diminution de la densité osseuse. Les analyses de laboratoire montrent souvent un taux d’androgènes sanguin plus élevé que la normale, et spécialement la testostérone.

Le SOPK survient lorsqu’une femme n’ovule pas, ce qui cause une perturbation des interactions cycliques normales entre les hormones, le cerveau et les ovaires. Normalement, l’hypothalamus, une glande régulatrice située dans le cerveau, surveille la production hormonale des ovaires et synchronise le cycle menstruel. Lorsque le saignement menstruel se termine, l’hypothalamus sécrète la GnRH (Gonadotropin-Releasing Hormone), qui stimule la glande hypophyse située aussi dans le cerveau, à produire la FSH (Follicle Stimulating Hormone) et la LH (Luteinizing Hormone). Ces hormones commandent aux ovaires de produire de l’œstrogène (surtout l’oestradiol), ce qui stimule la maturation des ovules dans environ 120 follicules.

Le premier follicule qui relâche son ovule dans les trompes de Fallope vers l’utérus, se transforme rapidement en Corpus Luteum (le corps jaune), qui est une usine à progestérone, et élève la progestérone sanguine à une concentration 200 à 300 fois plus élevée que celui de l’oestradiol. Ce grand apport en progestérone met simultanément l’endomètre (tissu recouvrant l’intérieur de l’utérus) en phase sécrétoire ou de maturation, et empêche les ovaires de relâcher un autre ovule.

Si l’ovule relâché n’est pas fécondé, l’ovaire diminue sa production de progestérone et d’oestrogènes. La baisse soudaine de la concentration de ces hormones cause la desquamation de l’endomètre devenu riche en sang et les menstruations se produisent. Ensuite, en réponse à la baisse d’hormones, il y a une augmentation de la GnRH et le cycle repart à nouveau, encore et encore.

Mais qu’est-ce qui se passe dans le cycle si, pour une raison ou une autre, l’ovulation n’avait pas lieu? Par exemple, si le follicule migre vers la surface de l’ovaire, mais qu’il est incapable de relâcher l’œuf à l’extérieur? Le follicule devient alors un kyste, et la production de progestérone n’a pas lieu. Le manque de progestérone est détecté par l’hypothalamus, qui continue à stimuler l’ovaire en augmentant la production de GnRH, qui à son tour augmente la production de FSH et de LH. Ces dernières stimulent l’ovaire à produire encore plus d’œstrogène et d’androgènes, ce qui stimule encore plus de follicules à se développer.

Si ces follicules additionnels sont également incapables de relâcher l’ovule, de devenir un corps jaune et de produire la progestérone, le cycle menstruel est dominé par une production accrue d’oestrogènes et d’androgènes, mais sans progestérone. C’est la dysfonction fondamentale qui crée le SOPK.

Une cause des follicules dysfonctionnels incapables de «pondre» des ovules
Je suis convaincu, suite à des études sur la nature et avec ce que j’ai observé dans ma pratique, que les follicules dysfonctionnels peuvent être dus à l’exposition des embryons femelles aux xénobiotiques et aux polluants environnementaux, qui sont chimiquement semblables aux oestrogènes présents dans le tissu fœtal.

Lorsqu’un embryon femelle se développe dans l’utérus, 500 000 à 800 000 follicules sont créés, chacun contenant un ovule immature. Les études démontrent que la création de follicules ovariens pendant le stade embryonnaire est très sensible à la toxicité des xénobiotiques. Lorsque la mère est exposée à ces produits chimiques, elle n’est pas vraiment affectée, mais le bébé qu’elle porte est beaucoup plus susceptible, et les follicules ovariens de l’embryon femelle peuvent être affectés et devenir dysfonctionnels; incapables de compléter une ovulation ou de produire de la progestérone en quantité suffisante. Ce dommage devient apparent seulement après la puberté.

Les habitudes de vie qui peuvent produire des follicules ovariens dysfonctionnels
D’autres facteurs peuvent produire des follicules dysfonctionnels, comme le stress (menant à la production de hauts niveaux de cortisol par les glandes surrénales), le manque d’exercice, et une mauvaise alimentation. Le stress à lui seul peut causer des cycles anovulatoires. Les contraceptifs oraux mettent la fonction ovarienne au repos et il arrive parfois que cette fonction ne revienne pas à la normale à l’arrêt de la contraception chimique. De plus, notre alimentation est remplie de contaminants de l’industrie pétrochimique – qui sont aussi des xénobiotiques – et qui font dérailler le métabolisme normal. Nous prenons des médicaments comme le prozac, qui interfère avec le cerveau limbique, incluant l’hypothalamus, ce qui affecte également le cycle menstruel.

Lien entre alimentation et SOPK
L’alimentation est de loin le plus grand facteur en cause dans le SOPK. Les jeunes femmes qui ont le SOPK ont tendance à manger beaucoup trop de glucides (tous les féculents tels que pain, pâtes, céréales, pommes de terre) et de sucres raffinés, et ces aliments produisent une hausse anormale du niveau d’insuline. Selon Jerilyn Prior, M.D., l’insuline stimule les récepteurs d’androgènes situés sur la surface de l’ovaire, causant les symptômes typiques du SOPK comme l’augmentation de la pilosité sur le visage, les bras et les jambes, des cheveux plus minces et de l’acné. Éventuellement, ce type d’alimentation causera l’obésité, qui produira à son tour la résistance à l’insuline (les cellules n’arrivent plus à utiliser l’insuline), ce qui aggrave le SOPK. Les androgènes jouent aussi un rôle dans le SOPK en bloquant le relâchement de l’ovule par le follicule.

Les femmes qui ont un grand nombre de follicules dysfonctionnels depuis leur naissance, dû à l’exposition aux xénobiotiques pendant la grossesse de leur mère, auront des problèmes plus importants si leur alimentation comprend beaucoup d’aliments riches en glucides et pauvres en valeur nutritive. Puisque c’est le genre de nourriture que l’on voit beaucoup chez les adolescentes et chez les jeunes femmes, il est facile de comprendre pourquoi il y a tant de cas de SOPK dans cette tranche d’âge. Il y a cinquante ans, une personne mangeait en moyenne 1 livre de sucre par année. Maintenant, l’adolescent moyen mange une livre de sucre par semaine!!! Chips, nachos, pâtes, riz blanc, etc. - ce sont tous des glucides que le foie convertit rapidement en sucre (glucide) dans le corps.

Je recommande aux femmes qui ont le SOPK de se procurer des livres de cuisine qui contiennent des recettes riches en protéines comme «Protein Power» par Michael et Mary Dan Eades, MD, ou «Enter the Zone» par Barry Sears, qui comportent tous les deux une approche qui équilibre les protéines et les glucides. (Voir aussi «La méthode Montignac pour les femmes» par Michel Montignac (www.montignac.com)

Lorsque vous regardez le SOPK dans sa globalité, vous pourrez comprendre pourquoi les inhibiteurs hormonaux et les médicaments qui diminuent le taux d’insuline dans le sang ne fonctionnent pas tellement à long terme. Ces approches ne règlent pas le problème de base, ils suppriment seulement les symptômes. L’amélioration est temporaire et ces deux types de médicaments ont d’importants effets secondaires.

En revanche, vous pourriez seulement utiliser une crème à la progestérone et couper les sucres raffinés. Idéalement, il est conseillé de faire les deux. Une bonne alimentation et la pratique d’une activité physique sont aussi très importants dans le maintien de l’équilibre hormonal, et j’ai couvert ce sujet en long et en large dans le livre «Tout savoir sur la préménopause».

Lien entre obésité et SOPK
Dans une étude chez des femmes obèses et non-obèses qui ont le SOPK, plusieurs hormones ont été mesurées et on a observé des résultats très intéressants. Les chercheurs ont mesuré les niveaux sanguins de six marqueurs, incluant l’oestradiol, la testostérone et l’androstenedione. Les niveaux moyens de testostérone et d’androstenedione chez les femmes obèses étaient significativement plus élevés que chez les femmes non-obèses. Ceci est encore un autre indicateur qui prouve que l’obésité contribue significativement au déséquilibre hormonal. Le SOPK disparaît rapidement chez la plupart des femmes lorsqu’elles coupent le sucre et les glucides raffinés de leur alimentation. (Nobumasa et al, Reprod Med Biol 2002; 1: 49 -54.)

Traitement du SOPK
Pour traiter le SOPK, je recommande une supplémentation en progestérone à des doses physiologiques. Si le niveau de progestérone augmente chaque mois pendant la phase lutéale du cycle, comme il est supposé le faire, cela maintient une bonne synchronisation du cycle hormonal et le SOPK n’apparaîtra pas. La progestérone naturelle devrait être la base du traitement du SOPK, tout en continuant de porter attention au stress, à l’activité physique et à l’alimentation.

Si vous avez le SOPK, vous pouvez utiliser de 15 à 20 mg de progestérone* quotidiennement pendant les deux dernières semaines du cycle menstruel. La disparition de la pilosité faciale et de l’acné sont habituellement des signes évidents que les hormones se sont rééquilibrées, mais pour arriver à ces résultats, vous devez utiliser ce traitement pendant au moins 6 mois, de concert avec une bonne alimentation et de l’activité physique. Si vos symptômes disparaissent, essayez de diminuer graduellement la progestérone (prenez la moitié de la dose par exemple) et voyez ce que cela peut donner. Si vos symptômes reviennent, continuez d’utiliser la dose de départ pour 6 autres mois. Idéalement, en tant que jeune femme, il serait préférable d’utiliser la crème à la progestérone seulement pour la durée requise, pour encourager le plus possible votre corps à retourner à son cycle hormonal naturel. Certaines femmes qui ont plusieurs follicules endommagés peuvent avoir besoin d’un supplément de progestérone à vie.

Pourquoi les médecins n’y ont-ils pas pensé avant?
Il y a plusieurs raisons pour lesquelles les médecins ne reconnaissent pas les effets d’une déficience en progestérone dans le SOPK. Ils ne savent peut-être pas que l’hypothalamus répond non seulement aux variations de l’œstrogène mais aussi à celles de la progestérone. Puisque les analyses habituelles indiquent qu’une femme avec le SOPK a un bon niveau d’œstrogène, et qu’elle a toujours ses cycles menstruels, le médecin conclut qu’elle ovule encore et qu’elle produit suffisamment de progestérone.

Les chances d’avoir une dominance en oestrogènes et une déficience en progestérone augmente de 50% chez les femmes âgées de plus de 35 ans, bien que les médecins mesurent rarement les niveaux de progestérone. Il est possible qu’ils aient peur de prescrire de la progestérone à cause de tous les effets secondaires causés par les progestines (progestérones synthétiques), et peuvent ne pas savoir que la progestérone naturelle, contrairement aux progestines, est pratiquement sans effets secondaires lorsqu’utilisée à des doses physiologiques.

* À noter: Les médecins peuvent prescrire le Prometrium, qui est de la progestérone bio-identique sous forme orale dans le traitement du SOPK. Une dose orale de 100 mg (une gélule) par jour équivaudra à la dose suggérée par le Dr Lee.

Cet article a été publié à l’origine par la Lettre Médicale du Dr John Lee M.D.

Source:
http://www.virginiahopkinstestkits.com/pcos.html

Commentaires   

0 #2 Micheline 17-08-2013 21:26
Bonjour Johanne,

Je crois avoir répondu à votre question personnellement, mais je le fais ici pour les femmes qui auraient la même question. Il n'est pas contre-indiqué d'utiliser la crème à la progestérone en même temps que le pilule, sauf si vous utilisez la pilule comme seul moyen de contraception. Aucune étude n'a été faite pour vérifier l'impact de la progestérone bio-identique sur l'effet contraceptif de la pilule, et, comme vous le savez sans doute, la progestérone est "l'hormone de la grossesse" car elle permet la nidation de l'embryon et soutient son développement pendant les neuf mois de gestation. Étant donné qu'il s'agit des symptômes reliés au syndrome des ovaires polykystiques. La seule façon de venir à bout de ce problème est de bannir le sucre et les aliments à index glycémique élevé de son alimentation afin de réduire le niveau d'insuline qui cause ce dérèglement hormonal.

Bien cordialement,

Micheline,
Équipe santedesfemmes.com.
Citer
0 #1 Johanne 18-11-2012 02:59
Bonjour,

Si une jeune fille de 22 ans prend la pilule contraceptive, peut-elle essayer la crème de progestérone pendant les 2 dernières semaines de son cycle pour contrer une pilosité abondante, perte de cheveux et une acné persistante? La pilule a aidé à régulariser les menstruations mais n'a pas aidé pour les autres symptômes. Est-il contre-indiqué de prendre un contraceptif et la crème de progestérone en même temps?

Merci à l'avance!
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir