par la Dre Christiane Northrup, M.D.

En médecine occidentale, les médicaments ont été créés pour traiter les symptômes, et non les causes des maladies. Si vous supprimez seulement les symptômes, au lieu de traiter la cause, votre corps protestera en développant ce qu’on appelle des «effets secondaires» aux médicaments, ou bien en développant d’autres problèmes de santé. Ceci est le moyen que votre vorps utilise pour vousparler. Et si on y réfléchit bien, ces effets ne sont pas vraiment «secondaires» puisqu’ils sont en réalité les effets directs des médicaments.

Plusieurs des médicaments les plus populaires qui sont prescrits à des millions de personnes sont accompagnés d’effets secondaires importants et de plusieurs risques pour la santé. Il existe trois médicaments qui sont souvent prescrits chez les femmes, et qui tombent dans cette catégorie. Ce sont des médicaments que j’éviterais personnellement de prendre!

Les statines pour la santé cardio-vasculaire
Les statines sont des médicaments qui sont prescrits pour diminuer le taux de cholestérol sanguin. Et la croyance est que le fait de diminuer le taux de cholestérol serait la clé pour prévenir les maladies cardiaques. Mais les dernières recherches ont démontré que les choses sont bien plus complexes que cela. La vérité, c’est que les statines diminuent la quantité de CoEnzyme Q10 (CoQ10) – un nutriment vital qui sert à produire l’énergie cellulaire. Et de tous les organes, le cœur est celui qui requiert le plus d’énergie et de CoQ10 pour fonctionner correctement. Donc, pourquoi prendre une médication pour la santé cardio-vasculaire, alors qu’elle diminue la quantité d’un nutriment vital reconnu pour soutenir la fonction cardiaque – aussi bien que chacune des cellules dans le corps?

Une diminution du niveau de CoQ10 a également été reliée à la dépression, la démence, la faiblesse musculaire, la fatigue, la douleur, et les dommages du système nerveux – et tous ces symptômes font partie des «effets secondaires» connus des statines. Et puisque votre corps produit moins de CoQ10 en vieillissant, prendre une médication qui diminue la CoQ10 est une mauvaise idée. En réalité, c’est le sucre qui est le vrai coupable, et non le gras, puisque c’est le sucre qui cause l’inflammation qui nuit au système cardio-vasculaire et à tout le corps. Si vous voulez réellement protéger votre cœur, commencez par réduire l’inflammation. Cela veut dire d’avoir une alimentation santé et de prendre des suppléments riches en anti-oxydants. Utilisez de la vitamine E qui aide à garder les plaquettes sanguines en bon état, ce qui diminue le risque de caillots sanguins et qui réduit l’inflammation. (Voir mon livre La Sagesse de la ménopause pour la liste complète des suppléments et aliments favorisant la santé cardio-vasculaire).


La santé du cœur a aussi une composante émotionnelle. Si vous désirez vraiment guérir votre cœur – ou le protéger – vous devez avoir le courage de regarder attentivement et lucidement toute source de souffrance émotionnelle, et ensuite guérir cette blessure avec compassion, avec foi dans le divin, et en visant la libération émotionnelle. nous sommes faits pour nous ouvrir aux autres – pour donner et pour recevoir de l’amour, et pour vivre dans la joie.

Les Bisphosphonates pour la perte osseuse
Votre corps est constamment en train de se renouveler. Les cellules qui sont âgées ou endommagées sont éliminées par le corps, et de nouvelles cellules en santé vont les remplacer. Ce même processus prend place dans vos os. Si vous avez une masse osseuse qui diminue, cela veut dire que votre corps élimine les vieilles cellules osseuses plus rapidement qu’il en crée de nouvelles.

Le traitement le plus populaire utilisé dans les cas de perte osseuse est le biphosphonate (marques Actonel, Boniva, ou Fosamax). Ces médicaments préviennent la destruction des vieilles cellules donc la perte osseuse. Bien que cela semble à prime abord être une bonne idée, ces médicaments interfèrent avec le cycle naturel d’élimination et de restauration des os. Le résultat: des os vieux, poreux et friables – et des os friables veulent dire un plus grand risque de fracture osseuse.

Les bisphosphonates ont des effets secondaires importants comme les maux de dos, les douleurs aux articulations, la nausée, les vomissements, les brûlements d’estomac et la constipation. Certaines femmes ont même souffert d’ostéonécrose de la mâchoire (mort du tissu osseux de la mâchoire, une maladie incurable) à cause de ce type de médicament. Nous sommes aussi témoins de fractures atypiques du fémur qui ne guérissent pas! Tout cela parce que le tissu osseux dense ne se remodèle plus et qu’il n’est plus bien irrigué en sang. Plusieurs dentistes observent également une augmentation du besoin de traitement de canal chez les personnes qui prennent ces médicaments.

Environ 50% des femmes à qui on a prescrit un biphosphonate vont arrêter le traitement à cause des effets secondaires.

Il faut dire toutefois que même s’ils comportent des effets secondaires, les bisphosphonates peuvent être bénéfiques chez les femmes de plus de 70 ans qui sont déjà atteintes d’ostéoporose. Mais vous devriez commencer à protéger vos os bien avant d’en arriver là! Et cela veut dire de favoriser la santé des os de façon naturelle. Assurez-vous d’avoir ue alimentation riche en calcium, magnésium, vitamine D et vitamine K. (Les études suggèrent d’avoir un apport en vitamine D de 5,000 UI/jour). Je vous recommande également d’avoir une alimentation alcaline, de faire un programme complet d’exercice, et de considérer les hormones bio-identiques ou les plantes phytoestrogènes, comme option de traitement.

Le Prémarin, Prempro, et autres hormones synthétiques
Cela fait trois décennies que je parle des hormones bio-identiques. Et cela me surprend toujours lorsque je vois que les femmes – et leur médecin – ne connaissent pas encore la différence entre les hormones bio-identiques et les hormones synthétiques (non bio-identiques). Les hormones bio-identiques sont créées de façon à avoir une structure moléculaire identique à celles produites par le corps. C’est ce qui fait qu’on les appelle «bio-identiques». En revanche, les oestrogènes non bio-identiques, comme l’œstrogène présent dans le médicament Premarin est peut-être "naturel", mais n’est bio-identique que pour les chevaux! je vous explique: le médicament Prémarin est fabriqué à partir de l’urine de juments gravides. Par conséquent, on comprend mieux le nom du médicament: Pre (pregnant = enceinte) Mar (mare = jument) In (urine). On les désigne aussi sous le nom d'oestrogènes équins et ils ne sont bio-identiques que pour les chevaux.

Les progestines comme le Provera sont une forme synthétique de progestérone dont la molécule n'est pas identique à celle que notre corps produit et par conséquent n'apportent pas le même message à nos cellules. La raison pour laquelle on crée des progestines synthétiques en laboratoire est bien simple: c’est parce qu’elles peuvent être brevetées, donc vendues à prix fort, contrairement aux hormones bio-identiques qui sont naturellement produites par notre corps. Ainsi, pour en faire un produit commercialisable, la progestérone naturelle est transformée en un composé qui est étranger au corps humain -- c'est-à-dire qui n'apporte pas le même message à nos cellules que la progestérone que notre corps fabrique.

Pendant plusieurs décennies, le Premarin et le Prempro (Premarin plus Provera, une hormone synthétique) étaient le standard de la thérapie hormonale substitutive prescrite par la plupart des médecins. Et une approche à dose unique était la seule option disponible pour les femmes. Ensuite, en 2002, l’étude Women’s Health Initiative (WHI) a démontré que les femmes qui utilisaient un supplément d’oestrogènes et/ou de progestines synthétiques avaient plus de risque d’avoir le cancer du sein, des infarctus, des ACV, et des caillots sanguins, que celles qui utilisaient un placebo. Même si au départ on considérait que ces médicaments conféraient une protection cardio-vasculaire et qu’ils apportaient d’autres effets bénéfiques, les femmes sont soudain devenues beaucoup plus méfiantes au sujet de ce type d'hormonothérapie.

La meilleure approche pour une thérapie hormonale substitutive est une approche faite sur mesure pour être adaptée à vos besoins. Les femmes ont deux choix : elles peuvent faire analyser par un laboratoire leur niveaux d’œstrogène, de progestérone, de DHEA, de testostérone, et autres hormones. Ou elles peuvent simplement devenir plus attentives à ce qu’elles ressentent dans leur corps – ce qui selon moi, est un moyen beaucoup plus précis et efficace d’évaluer notre état hormonal que de faire effectuer des analyses en laboratoire. Les résultats (donc comment vous vous sentez) vous permettent, ainsi qu'à votre médecin, de mettre en place un plan de traitement unique et fait sur mesure pour vous. Commencez avec la plus petite dose possible et observez encuite comment vous vous sentez. Mieux encore, modifiez votre alimentation pour une alimentation plus riche en aliments biologiques et en antioxydants et diminuez votre consommation de sucres raffinés. Utilisez des plantes médicinales comme le Pueraria mirifica, le maca, l’actée à grappes noires, les graines de lin moulues, ou la baie de gatillier. Et si cela ne fonctionne pas, alors essayez les hormones bio-identiques.

Rappelez-vous qu’une thérapie hormonale substitutive peut comporter quelques essais et erreurs même si elle est prescrite par votre médecin. C’est un travail d’ajustement constant – puisque vous vous dirigez vers la ménopause et que vos hormones sont en fluctuation constante pendant cette transition.

Sachez que vous n’êtes pas destinée à finir votre vie avec des tonnes de médicaments à prendre au nom de la prévention. Ma mère est âgée de près de 90 ans et elle ne prend aucune médication! Également mon amie médecin Gladys aime bien dire qu’elle a «93 ans, sans médicament». Avant de prendre une médication de façon régulière, assurez-vous d’être bien informée des risques et des bénéfices. Est-ce que ce médicament cause des déficiences nutritionnelles? Est-ce qu’il augmente les risque de cancer ou de maladies cardio-vasculaires? Si la réponse est oui, tentez de trouver d’autres alternatives qui ne mettront pas votre santé en danger.

1. La Dre Christiane Northrup est une gynécologue américaine de renommée mondiale et auteure de plusieurs livres sur la santé des femmes, dont un, Women’s Wisdom, a été traduit en français: La sagesse de la ménopause. 

 2. Source :  http://www.drnorthrup.com/blog/2014/04/three-drugs-that-i-would-not-take

 

 

 

Commentaire de Micheline:

Cet article qu'on trouve sur le blog de la Dre Northrup résume bien ce que toute femme soucieuse de son bien-être au mitan de la vie devrait savoir. Ce que suggère la Dre Northrup représente les principes qui me guident dans les choix que je fais , étant à la post-ménopause -- par exemple, ma médecin trouve que mon cholestérol est un peu élevé mais je refuse absolument de prendre ces fameuses «statines» qui sont particulièrement nocives pour les femmes car elles peuvent bousiller notre système hormonal à tout âge. Je vais plutôt ajouter une pomme par jour à mon alimentation et utiliser un supplément de levure de riz rouge, qui est considéré comme une «statine naturelle». On m'a aussi diagnostiqué de l'oestéopénie mais je refuse absolument de prendre des bisphosphonates (p. ex. Fosamax, Actonel ou Boniva) qui créent une fausse sécurité en augmentant la densité des os mais non leur qualité et solidité. Donc voici ma résolution: je vais plutôt éliminer les aliments acidifiants de mon alimentation, surtout les céréales, le café, le sucre sous toutes ses formes, ainsi que réduire les produits laitiers et la viande rouge. Je vais aussi utiliser plus fidèlement les hormones bio-identiques. Quand on n'a plus de symptômes incommodants on a tendance à les oublier, mais à ce stade de la vie il faut se souvenir que les hormones féminines sont les grandes amies de nos os. Finalement, j'ai pris la résolution de faire plus d'exercice, chose que j'ai tendance à négliger. 



Nota: Il est possible de commander les hormones bio-identiques transdermiques et le Super Ubiquinol COQ10 de Life Extension sur le site www.boutiqueantiage.com. Personnellement, je considère la CoQ10 comme un supplément indispensable à toute personne de 50 ans et plus car il est d'une importance vitale pour l'énergie du coeur. Je ne m'en passerais pas!

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir