Ceci fait suite à un article sous le même nom qui a été publié dans notre bulletin diffusé au début de juin 2014. Pour vous mettre dans le contexte, voici ci-dessous le dernier paragraphe de la première partie ou encore cliquez ici pour lire la première partie.

Une alimentation riche en acides gras oméga-6 (huile végétales) favoriserait grandement le vieillissement de la peau et l’apparition des rides, et augmenterait les risques de cancer lors de l’exposition au soleil. Dans une étude effectuée sur des sujets qui avaient une alimentation riche en acides gras oméga-6 , on a observé une augmentation du niveau de PGE(2), un messager chimique inflammatoire qui favorise la croissance de cellules pré-cancéreuses et cancéreuses au niveau de la peau.

Heureusement, il existe plusieurs types de gras anti-inflammatoires, qui sont très efficaces pour aider notre corps à rester jeune et à combattre les effets du vieillissement et de l’inflammation.

Les acides gras oméga-3 incluent les acides alpha-linoléniques (ALA) (provenant des graines de lin, graines de chanvre, graines de chia, noix de grenoble, et des légumes à feuilles verts foncés). Les ALA sont des acides gras à courte chaîne qui devraient être convertis en omégas-3 à plus longue chaîne comme l’EPA et la DHA. Pour la plupart des gens qui ont une alimentation basée sur les fruits et légumes (sans viande), le taux de conversion est très bas, ce qui fait que lorsque vous choisissez de devenir végétarien, il devient indiqué de prendre un supplément d’huile de poisson.

Les propriétés anti-inflammatoire de l’EPA ont été étudiées en profondeur et il a été prouvé qu’elle diminuait l’inflammation et une variété de problèmes de santé allant de la dépression, aux maladies cardiaques et au cancer.

L’EPA ou acide eicosapentaenoique est un acide gras oméga-3 à longue chaîne que l’on retrouve dans les poissons d’eau froide et dans la viande provenant d’animaux élevés en pâturage. Il est important de noter que les animaux nourris au grain et les poissons d’élevage contiennent principalement des acides gras oméga-6, et que les poissons sauvages et les animaux élevés en pâturage contiennent beaucoup plus d’acides gras oméga-3. L’acide docosahexaenoique (DHA) est un autre acides gras oméga-3 que l’on retrouve dans les poissons gras et dans les animaux élevés en pâturage. C’est le principal oméga-3 que l’on retrouve dans le cerveau et dans les yeux, donc une supplémentation en cet acide gras essentiel est nécessaire à la bonne fonction du cerveau, des nerfs et des yeux. Un faible niveau de DHA est souvent associé à la maladie d’Alzheimer, à la démence et à d’autres dysfonctions du cerveau.

Le Dr Joseph Mercola affirme que personnellement, il choisit autant que possible de la viande provenant d’animaux élevés en pâturage et du poisson sauvage … au moins 5 fois par semaine. Mais si votre seul choix est de la viande provenant d’animaux élevés au grain, il suggère une supplémentation en huile de poisson pour aider à équilibrer le ratio oméga-6/oméga-3 et pour avoir suffisamment de DHA et d’EPA.

Huiles monoinsaturées

Il est bon de se familiariser avec les huiles monoinsaturées comme l’huile d’olive extra-vierge, l’huile provenant des noix, de l’avocat et de la noix de coco qui sont riches en polyphénols et en anti-oxidants et qui aident à combattre l’inflammation. Ces composés anti-inflammatoires contiennent 9 différents types de polyphénols et plus de 20 autres nutriments anti-inflammatoires. Les polyphénols monoinsaturés comme ceux que l’on retrouve dans ces huiles sont de puissants inhibiteurs de l’inflammation car ils diminuent la production de molécules messagères qui déclenchent l’inflammation. Ces huiles contiennent également des enzymes qui bloquent l’action de substances pro-inflammatoires dans le corps. Entre autres, l’huile d’olive est connue pour diminuer significativement le niveau de protéine C-réactive (CRP), qui est dosée en laboratoire et qu’on utilise comme indicateur de l’inflammation – et plus spécifiquement l’inflammation qui survient dans les vaisseaux sanguins et peut être un précurseur des infactus.

Les huiles monoinsaturées les plus efficaces sont les huiles «vierges», ce qui veut dire que ce sont des huiles pressées à froid et non chauffées. La chaleur détruit certains des polyphénols les plus précieux et aussi d’autres nutriments présents dans les huiles. L’utilisation de gras monoinsaturés pour contrôler l’inflammation ne requiert pas de grandes quantités d’huile. Une ou deux cuillères à table par jour est suffisant pour profiter des propriétés anti-inflammatoires. Et lorsqu’on parle d’huile d’olive extra-vierge, souvenez-vous que ce n’est pas une bonne idée de la chauffer à de hautes températures. Une chaleur faible à médium peut être acceptable, mais une chaleur élevée va dégrader plusieurs molécules bénéfiques.

Aliments, nutriments et épices anti-inflammatoires et anti-vieillissement

Certaines épices, herbes et thé contiennent des composés très puissants qui combattent l’inflammation. Certains des composés phyto-chimiques les plus puissants sont présents dans les herbes et épices suivantes:

  • Curcuma
  • Basilic
  • Thym
  • Clou de girofle
  • Origan
  • Sauge
  • Romarin
  • Gingembre
  • Cannelle
  • Piment du Chili et piment de cayenne

Les condiments anti-inflammatoires les plus épicés que vous pouvez ajouter à votre repas sont les piments forts – incluant les jalapeños, les habeneros, et les piments de cayenne. Toutes les sortes de piments du Chili contiennent de la capsaïcine (plus le piment est fort, plus il contient de la capsaïcine), qui est un puissant inhibiteur de l’inflammation dans le corps. La capsaïcine aide également à augmenter le métabolisme et à brûler les graisses.

Les thés verts, blancs, oolong, et rooibos contiennent de puissants bioflavonoïdes, polyphénols et catéchines qui réduisent l’inflammation et qui limitent la production de radicaux libres. Boire 2 tasses de ces thés par jour peut réduire l’inflmamation de façon significative, et fournir des antioxydants puissants qui combattent le vieillissement et la maladie.

Le collagène fait partie de la structure de la peau, des membranes et des tissus conjonctifs dans le corps. C’est une protéine fibreuse que l’on retrouve dans la peau, les os, le cartilage, le tissu pulmonaire, les vaisseaux sanguins, les tendons et les autres tissus. Le collagène forme une structure sous la peau qui soutien les couches plus profondes de la peau. Avec l’âge, ces tissus conjonctifs commencent à se dégrader et les protéines cellulaires s’aglutinent. Ce processus est la cause de l’apparition des rides et du plissement de la peau.

Il a été démontré que le collagène réduit les dommages, aussi bien que la douleur, la sensibilité et l’enflure aux articulations. Une étude effectuée à l’école de médecine de Harvard et qui porte sur les effets du collagène et sa capacité à réduire l’inflammation et la douleur (Dr C Searling, Fresco CA), a conclut que le collagène avait un effet très bénéfique pour réduire les dommages oxydatifs, la douleur, la sensibilité et l’enflure aux articulations.

Le collagène est composé de 15% de glucosamine et de 15% de sulfate de chondroïtine – deux substances qui sont bien connues pour leur propriétés anti-inflammatoires, et plus spécifiquement au niveau des articulations. Le bouillon d’os et les pattes de poulet contiennent une bonne quantité de collagène de qualité et inclure ces sources riches en collagène dans votre alimentation peut protéger vos articulations aussi bien que votre peau. Vous pouvez faire bouillir des os et/ou des pattes de poulet biologique pour produire un délicieux bouillon qui vous aidera à ajouter du collagène de haute qualité à votre alimentation.

Le Dr Mercola se déclare amateur d’un breuvage qui se nomme Fusion (dans les jus à saveur d’oranges et de fruits, sucrés avec le stevia) qui contient de la protéine de collagène hydrolysée. Ce breuvage contient plus de 20g de protéines, 3g de fibres et seulement 2g de sucre. Il est donc un excellent breuvage pour vous aider à éviter les rages de sucre!

La vitamine C est l’un des nutriments qui aide à reconstruire et à maintenir le collagène. Les études suggèrent que les personnes qui n’ont pas un apport suffisant en vitamine C auront un plus grand risque de développer l’arthrite. Donc, voici une autre bonne raison d’inclure des aliments riches en vitamine C – comme le goyave, les poivrons (jaunes, rouges, oranges), les oranges, le pamplemousses, le citron la lime, la fraise, l’ananas, le brocoli, les tomates, le kiwi et le chou-fleur – dans votre alimentation. Prendre un supplément de vitamine C tamponnée (p. ex. Ester-C) est aussi une bonne précaution à prendre et aide votre système immunitaire.

Voici un tableau représentant les aliments qui ont des propriétés anti-inflammatoires. Variez votre consommation pour un maximum de bénéfices.

  

 

 

 

Référence:
http://www.simplesmartnutrition.com/recent-posts/inflammation-silent-and-sneaky-partner-of-aging-and-disease

Commentaires   

0 #1 claudette crete 07-08-2014 15:23
très informatif,important de ce mettre à jour concernant l'alimentation
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir