par Marcy Holmes, NP, Infirmière praticienne avec certification dans le domaine de la ménopause

  • Principaux symptômes de la cystite interstitielle (CI) 
  • Qu’est-ce que la CI et pourquoi n'en ai-je jamais entendu parler?
  • Les causes possible de la CI
  • La CI, les oestrogènes et la ménopause
  • Découvrez les aliments déclencheurs
  • Approche pour traiter la CI

Principaux symptômes
Vous ressentez un grand inconfort dans la région du bas-ventre ou bien vous faites des allers-retours aux toilettes à la journée longue et même plusieurs fois pendant la nuit à cause d’un besoin urgent d’uriner? Vous n’arrivez plus à soulager la douleur cuisante que vous avez dans le bas-ventre et malgré tout vos cultures d’urine sont négatives? Votre médecin semble impuissant à vous aider et vous êtes en train de devenir folle? Alors il est possible que vous souffriez d’une cystite interstitielle (CI), ou syndrome de la vessie douloureuse (SVD), une maladie courante, mais souvent bien mal diagnostiquée!

 La CI est souvent mal diagnostiquée... et vu les symptômes, on pense plutôt à...

  • Une infection urinaire
  • Une vaginite
  • Une incontinence impérieuse
  • Une chlamydia, un herpes ou autre ITS
  • Des calculs rénaux
  • L’endométriose
  • Un cancer de la vessie

La cystite interstitielle affecte plus de 2 millions de personnes en Amérique du Nord, dont 90% sont des femmes. Les femmes de tout âge, de la puberté à la ménopause, font face à un défi particulier avec la CI puisque leurs hormones – particulièrement l’œstrogène – jouent un rôle majeur dans la façon de composer avec l’inflammation liée à la cystite interstitielle ou même la prévenir. Bien que les symptômes soient presque identiques à une infection urinaire, aucun chercheur n’a pu identifier jusqu’à maintenant un agent infectieux qui serait responsable de la maladie, ce qui fait que les cultures urinaires standard demeurent négatives. Et la prise d’antibiotiques ne donne aucun résultat. Pas plus que l’utilisation de jus de canneberge – un traitement naturel des infections urinaires qui peut empirer les symptômes de la CI.

La cystite interstitielle peut être carrément débilitante pour certaines femmes, les empêchant d’aller à l’école, de travailler, ou de faire leurs activités quotidiennes normales, sans oublier l’impact sur leur vie sexuelle. Trop souvent, les femmes font juste «vivre avec» la CI pendant des années avant d’aller chercher de l’aide. Ou encore, nous avons vu des femmes qui ont rencontré jusqu’à 5 médecins avant d’avoir un bon diagnostic.

Et maintenant, parlons de cette maladie si peu connue et regardons ce que nous pouvons faire pour protéger notre vessie et notre santé!

Qu’est-ce que la cystite interstitielle et pourquoi n'en ai-je jamais entendu parler?
Les symptômes de la CI sont facilement confondus avec un large éventail de problèmes de santé, allant de l’infection urinaire et de l’incontinence impérieuse, au cancer de la vessie, à l’endométriose, aux ITS et aux calculs rénaux. Ces problèmes de santé ont différentes causes et requièrent différents traitements. Plusieurs femmes atteintes de CI consultent leur médecin pensant qu’elles ont une infection urinaire, et on leur dit ensuite que leur urine est stérile – ce qui veut dire qu’aucune bactérie ou microbe n’a été retrouvé dans leur échantillon d’urine. Et dans le bureau du médecin, si les analyses ne détectent pas de «problème», cela veut souvent dire que la médecine n’a pas de solution pour vous.

Pour clarifier le diagnostic, le National Institutes of Health a créé à la fin des années 80 une série de critères diagnostiques pour la cystite interstitielle. Les voici:

  • Douleurs à la vessie et dans la région pelvienne
  • Urgence pour aller uriner fréquemment
  • Capacité de la vessie diminuée
  • Identification d’ulcères de Hunner (présents dans seulement 10% des cas)

La cystite interstitielle est généralement considérée comme un trouble neuro-inflammatoire chronique affectant la vessie – un rapport compliqué entre les nerfs de la vessie, le système immunitaire, et les voies urinaires. Non traitée, la CI peut mener à une cicatrisation ou à un durcissement de la paroi interne de la vessie et à une incapacité à garder des liquides dans la vessie. Les glomérulations, qui sont de petites hémorragies localisées dans la muqueuse de la vessie, peuvent aussi se développer, aussi bien que des petites plaies en forme d’étoile que l’on appelle ulcères de Hunner (plutôt rare).

Comme de plus en plus de professionnels de la médecine apprennent à reconnaître les critères de la CI, ils sont mieux outillés qu’avant pour aider les femmes à gérer ce problème de santé. Des organisations comme l’ Interstitial Cystitis Association et le Interstitial Cystitis Network sont également de merveilleuses ressources pour aider les femmes, et pour promouvoir une plus grande connaissance des symptômes et des causes de la CI.

Causes possibles de la cystite interstitielle
Nous sommes encore en apprentissage en ce qui concerne la CI, et jusqu’à maintenant, personne n’a pu mettre le doigt sur une cause précise. Il y a probablement plusieurs «agressions» faites à la vessie qui pourraient mener à une cystite interstitielle. Ce qui est clair, c’est que l’inflammation est en jeu dans plus d’une dysfonction immunitaire, plus spécifiquement des allergies et des hypersensibilités qui ont un rôle central dans la maladie. Voici quelques possibilités:

Les produits chimiques présents dans l’urine. L’urine elle-même peut agir comme un agent irritant des voies urinaires, plus particulièrement les tissus qui sont déjà endommagés par d’autres causes primaires. Des études ont démontré que l’urine des patients qui souffrent de CI contient une molécule appelée facteur antiprolifératif (FAP). Le FAP inhibe la croissance normale des cellules de la paroi vésicale, ce qui fait qu’il est difficile pour la vessie de se réparer elle-même si elle est agressée.

Activation des mastocytes. Des études ont démontré que certains constituants de notre urine (comme le potassium par exemple), pouvaient pénétrer dans le revêtement cellulaire de la vessie des patients atteints de CI, menant à une activation des mastocytes (cellules immunitaires) et à une augmentation de l’inflammation. Plus de 70% des femmes souffrant de CI ont des mastocytes hautement activés.

Antécédents de dommages à la vessie. De nombreux facteurs peuvent endommager la vessie, la rendant plus vulnérable à la cystite interstitielle. En voici quelques-uns:

  • Histoire de traumatisme à la vessie, incluant une chirurgie pelvienne
  • Traumatisme à la moelle épinière
  • Dysfonction musculaire du plancher pelvien
  • Distension excessive de la vessie
  • Inflammation des nerfs pelviens
  • Troubles auto-immuns
  • Infections urinaires répétées
  • Manque d’œstrogène 

La cystite interstitielle, les œstrogènes et la ménopause
Plusieurs femmes remarquent que les symptômes de la CI vont et viennent avec les changements hormonaux naturels qui surviennent pendant leur cycle menstruel. Et certaines femmes remarquent leurs premiers symptômes à l’approche de la ménopause. Pourquoi? Il semble y avoir un lien avec le niveau des oestrogènes. Une diminution des niveaux d’oestrogènes peut en fait activer les mastocytes (cellules immunitaires).

Et des chercheurs qui ont examiné au microscope électronique des mastocytes prélevés de femmes atteintes de CI, ont également observé une augmentation des récepteurs d’oestrogène dans ces cellules. Chez ces femmes, le résultat net de ce déséquilibre est similaire à un état de « déficience en progestérone », ce qui mène à une augmentation de la sécrétion d’histamine par les mastocytes.

En termes anatomiques, la muqueuse de la vessie et le muscle qui gouverne la miction, le détrusor, sont affectés par l’inflammation, l’activité des mastocytes et le niveau d’œstrogène. Si nous avons une légère inflammation continue pendant plusieurs années, et plus spécialement couplée à un déséquilibre hormonal significatif pendant la préménopause et la ménopause, nos tissus et nos muscles peuvent devenir plus minces et s’assécher – et ils seront donc plus vulnérables à des changements inflammatoires. Donc, si notre équilibre hormonal n’est pas restauré, il y a plus de risques d’être vulnérable à la CI.

Mais il existe des options naturelles de traitements, et la première chose à regarder est votre style de vie et votre alimentation.

Découvrez ce qui déclenche l’inflammation de la vessie – et l’alimentation pour éliminer la CI
Plusieurs femmes racontent que leurs symptômes se calment lorsqu’elles suivent une alimentation anti-inflammatoire et alcalinisante, en évitant certains aliments et en éliminant l’alcool et la cigarette. Le tabac est souvent incriminé dans le déclenchement des symptômes car il cause la constriction des vaisseaux sanguins de la vessie, empêchant ainsi le corps de se débarrasser des molécules inflammatoires présentes dans les tissus de la vessie.

Voici des aliments que l’Interstitial Cystitis Network appelle “Les pires aliments ” car ils déclenchent des symptômes chez la plupart des gens. Le fait de commencer par éliminer ces aliments est un bon départ:

  • Café. L’acidité du café et la présence de caféine peuvent causer une irritation intense et un inconfort. De plus, la caféine agit comme agent diurétique. Donc une réduction de la consommation de café à 12 onces et moins par jour est un changement intelligent – mais en réalité, les femmes atteintes de CI devraient complètement éliminer le café afin de se sentir mieux.
  • Le thé. Les thés noirs et même les thés décaféinés peuvent déclencher l’inflammation dans votre vessie. Les thés verts et certaines tisanes ont également un certain degré d’acidité. La plupart des femmes (et c’est tout-à fait compréhensible) ont peine à arrêter de consommer leurs délicieuses boissons chaudes, donc nous leur suggérons de prendre de l’eau chaude avec du gingembre râpé et du miel comme substitut, ou bien des tisanes à la menthe contenant seulement des feuilles de menthe poivrée ou de menthe verte (éviter les tisanes qui combinent la menthe avec d’autres plantes ou avec du thé noir ou vert).
  • La canneberge et autres jus de fruits acides. La canneberge est très souvent recommandée dans le traitement des infections urinaires, mais une vessie atteinte de cystite interstitielle est très sensible à l’acidité présente dans le jus de canneberge. Donc si vous devez absolument boire des jus de fruit, optez pour des jus moins acides comme le jus de poire, de pomme et de bleuets. Le jus de poire est très sécuritaire en cas de CI.
  • Les boissons gazeuses diètes. La plupart des sodas diètes contiennent 4 irritants majeurs de la vessie : gaz carbonique acide, acide citrique et phosphorique, caféine et édulcorants artificiels. Si vous devez absolument boire du soda, nous vous recommandons de la root beer non-diète, non-caféinée et diluée avec de la glace ou de l’eau.
  • Tomates. Bien qu’elles contiennent plein de bonnes choses pour la santé, les tomates sont aussi riches en potassium et sont hautement acides. Pour les amateurs de tomates, vous pouvez utiliser les variétés les moins acides pour vous gâter de façon occasionnelle.
  • Édulcorants et colorants artificiels. Les édulcorants et colorants alimentaires sont utilisés de façon très courante, même dans les aliments santé, les multi-vitamines et les médicaments d’ordonnance.
  • Les aliments qui favorisent la croissance de levures. Le sucre, le vinaigre et autres aliments qui favorisent la croissance démesurée des levures sont à éviter. Vous devriez suivre un régime sans sucre - en fait la plupart des femmes souffrant de CI ont également une infection systémique à levures, et une fois que l’infection à levure est réglée, les symptômes de la CI disparaissent souvent.
  • Le gluten. Cette protéine problématique qui favorise l’inflammation se retrouve naturellement dans les céréales, mais aussi dans plusieurs autres aliments par l’intermédiaire d’additifs et de contaminants alimentaires.
  • Certains nutriments. Certaines personnes ont des allergies à certains nutriments – ce qui explique pourquoi on recommande souvent aux femmes atteintes de CI de cesser de prendre leurs multi-vitamines. Si vous ne pouvez pas trouver la cause de vos allergies alimentaires, vous pourriez être intéressés par la méthode NAET (voir www.naet-canada.com) — une technique d’élimination des allergies qui a aidé des milliers de personnes à vaincre les allergies et autres sensibilités alimentaires.

Une fois que vous connaissez les aliments qui déclenchent vos symptômes, vous pouvez vous faire une liste des aliments à éviter. Lorsque vous vous sentez mieux – ce qui arrive souvent à l’intérieur d’une semaine ou deux – faites vos propres expériences afin de savoir quelle quantité de chaque nourriture votre système digestif est capable de métaboliser confortablement.

Ne vous en faites pas: même l’alimentation la plus stricte pour éliminer la CI n’a pas à durer éternellement. Mais changer vos habitudes pour une alimentation plus alcaline aura des effets bénéfiques sur l’ensemble de votre corps, et nous connaissons plusieurs femmes atteintes de cystite interstitielle qui sont capables de savourer tous les aliments mentionnés ci-haut en petite quantité!

L’approche de Women to Women* — les options de traitement pour la cystite interstitielle
En ce moment, il n’existe pas de traitement infaillible pour éliminer la CI, mais heureusement, quelques approches de traitement efficaces existent. Puisque la vessie peut avoir de la difficulté à se réparer par elle-même lors d’une CI, les femmes qui en sont atteintes devraient discuter avec leur médecin ou leur urologue au sujet des meilleures approches de traitement.

Voici quelques options suggérées par la Dre Marcelle Pick, gynécologue et fondatrice de la clinique women to women de Yarmouth, Maine, USA:

  • Tenir un journal. Si vous avez une vessie douloureuse ou que vous allez uriner plus fréquemment que d’habitude, tenez un journal. Pendant 24 heures (ou plus), écrivez ce que vous mangez, buvez et fumez, le nombre de fois où vous ressentez un besoin urgent d’uriner, l’intensité de la douleur ressentie, et comment vous vous sentez soulagée après avoir uriné. Vous pouvez ensuite emporter votre journal lorsque vous allez consulter votre médecin afin de vous aider à déterminer les patterns et pour savoir si vous avez une cystite interstitielle ou non.

  • Connaître vos déclencheurs. Voir la section ci-haut au sujet des substances qui peuvent déclencher les symptômes de la CI et pour savoir comment vous pouvez modifier votre alimentation de façon à diminuer vos symptômes.

  • Choisissez une alimentation alcaline. Le fait de gérer activement l’équilibre acido-basique de votre corps peut vous aider à réduire votre inconfort quel que soit le type de troubles urinaires que vous avez. Ce type d’alimentation aide aussi les femmes à couper les aliments qui causent d’autres problèmes d’inflammation dans le corps. Pour commencer, procurez-vous des livres tels que A Taste of the Good Life: A Cookbook for an Interstitial Cystitis Diet pour avoir de bonnes idées de recettes.

  • Équilibrez vos hormones. L’œstrogène joue un rôle capital dans l’inflammation, et pendant les périodes de déséquilibre hormonal, votre corps peut être plus susceptible de produire l’inflammation qui mène à la cystite interstitielle. Informez-vous pour connaître les différentes options naturelles concernant l’équilibre hormonal, comme par exemple, l’utilisation d’une crème hormonale ou de suppléments favorisant l’équilibre hormonal.

  • Utilisez des suppléments anti-inflammatoires. Pour plusieurs femmes, le citrate de calcium peut favoriser un environnement plus alcalin et réduire l’inflammation qui contribue à la cystite interstielle ou à la vulvodynie/vestibulite. Aussi, des omégas-3 peuvent être un puissant allié pour soutenir les tissus et les membranes, et pour réduire l’inflammation systémique. Les probiotiques aident également à restaurer une flore normale et à réduire l’inflammation, aussi bien qu’à combattre les infections systémiques à levures. Aussi, un nouveau traitement prometteur est la quercétine, un anti-oxydant du groupe des flavonoïdes qui possède une action anti-inflammatoire marquée. Les suppléments contenant de la quercétine sont très bien tolérés et on rapporte qu’ils produisent une amélioration significative des symptômes chez les patients atteints de CI.

  • Essayez des thérapies physiques. Plusieurs personnes qui souffrent de CI ont également un dysfonctionnement du plancher pelvien, un problème dans lequel les muscles du plancher pelvien ne se relâchent pas suffisamment pour permettre une miction facile. Des traitements physiques pour réhabiliter le plancher pelvien peuvent grandement aider à diminuer la douleur et les allers-retours à la salle de bain. Une technique appelée «manipulation des tissus myofasciaux» montre des résultats prometteurs pour réduire les symptômes de cystite interstitielle.

  • Occupez-vous de votre corps et de votre esprit. Certaines femmes font des traitements en acupuncture ou en biofeedback pour relâcher la vessie et le muscle detrusor. Chez Women to Women, suggérons la Méthode Feldenkrais, qui obtient beaucoup de succès. La visualisation guidée est une autre intervention disponible qui ne produit pas d’effets secondaires. Dans une étude sur la visualisation guidée publiée en 2008, des patients souffrant de CI ont rapporté des améliorations significatives au niveau de la douleur et des autres symptômes.

  • Investiguer les approches conventionnelles. Dépendamment de la sévérité des symptômes, vous pourriez en premier tenter d’éviter les thérapies invasives, mais si vous n’avez pas d’amélioration, ne désespérez pas – les options naturelles n’aident pas toutes les femmes de la même façon. Vous pouvez toujours discuter avec votre médecin au sujet des traitements conventionnels, et voir un spécialiste en urologie qui est familier avec les traitements d’avant-garde pour la cystite interstitielle tels que:
    • Des médicaments sous forme orale. Les anti-dépresseurs peuvent bloquer la douleur chez certaines femmes. Ces médicaments travaillent en interférant avec l’activité des nerfs, et leur effet peut aussi prévenir le stress psychologique, qui active les mastocytes. Certains chercheurs travaillent à développer des traitements basés sur le FAP (facteur anti-prolifératif), comme le médicament d’ordonnance Elmiron, qui recouvre la paroi de la vessie pour la protéger, réduisant ainsi l’irritation et l’inflammation. Plusieurs experts croient maintenant que vous pouvez commencer cette médication en vous basant sur la modification des symptômes, sans avoir à passer de cystoscopie.

    • Des traitements au niveau de la vessie. Certaines femmes et spécialement celles dont la cystite est sévère, peuvent avoir recours à la distension de la vessie (un étirement de la vessie effectuée pendant une cystoscopie), ou en insérant des médicaments qui inhiberont l’inflammation et la douleur, dans la vessie par l’intermédiaire d’un cathéter. L’héparine et même le médicament Elmiron peuvent être utilisés de cette façon.

    • La chirurgie. Pour celles qui ne trouvent pas du tout de soulagement avec les options précédentes, la chirurgie servant à dilater la vessie reste le dernier recours – mais puisque beaucoup de femmes réussissent à traiter leur cystite interstitielle autrement, la chirurgie est peu courante.

Sortez de la salle de bains et revenez à la vie!
Il existe des options pour vous si vous souffrez de cystite interstitielle. Discutez avec votre médecin d’une combinaison d’approches naturelles et de l’alimentation alcaline pour trouver le soulagement. Parce qu’avec les bons traitements, qu’ils soient naturels et holistiques, ou bien conventionnels, la plupart d’entre-nous pouvons apprendre comment gérer les symptômes de la cystite interstitielle assez bien pour pouvoir arriver à sortir de la salle de bain et pour commencer à vivre enfin!

 


 

Commentaire de Micheline:
D’après les témoignages des utilisatrices de la crème à la progestérone bio-identique, celle-ci serait efficace pour soulager les symptômes de la CI. Une raison pour cet effet de la progestérone est que cette hormone agit en synergie avec l’oestrogène et rend cette hormone plus efficace. D’ailleurs, la progestérone transdermique est un excellent anti-inflammatoire dont on a démontré scientifiquement les effets sur le cerveau et ailleurs dans le corps pour contrôler l’inflammation.

Si vous avez eu du succès avec une ou l’autre approche naturelle pour réduire les symptômes de la CI, n’hésitez pas à ajouter votre commentaire ci-dessous. Vous rendriez service à bien des femmes... Un gros merci à l’avance,

Source:
http://www.womentowomen.com/urinaryincontinence/interstitialcystitis.aspx

Commentaires   

0 #5 Karine 30-10-2016 03:28
Bonjour,
Je suis diagnostiquée pour CI dépuis plus de 5 ans. J'ai pris du Elmiron pendant environ 1 an et ca bien fonctionné mais j'ai dû arrêter pour effets secondaires importants donc diminuution de la vision et problème hépatique.J'ai aussi essayé Cystoprotect qui contient entre autres de la quercétine qui est un puissant anti-inflammatoire, après 3 semaines, je me sentais guérie par contre, j,ai dû arrêter ce traitement à cause d'une hypothyroïdie. Finalement, je me suis tournée vers le MSM qui est du souffre organique, un dérivé du DMSO ou RIMSO qui instille dans la vessie. C'est sous forme de comprimé. C'est aussi un puissant anti-inflammatoire, et ça fonctionne bien apres quelques jours (2-3 semaines environ) bien sûr il y a des aliments à éliminer dont les tomates, agrumes, chocolats, piment fort, café, alcool entre autres. Je vous souhaite bonne chance. L'alimentation hypotoxique est quelque chose à essayer
Citer
0 #4 janilor 14-10-2016 13:34
je viens apporter mon expérience car pendant 6 mois j'ai beaucoup souffert de la CI et j'ai moi-même découvert sur internet cette maladie, mon médecin me traitant par erreur pour la C.bactérienne.
j'ai beaucoup de soulagement en changeant ma nourriture, peu de protéines animales,une portion autrefois de 150, je la divise en 3, au profit des fruits et légumes, viandes blanches et non rouges,etc...il y a sur Internet des listes d'aliment alcalinisants et les acidifiants en consommer très très peu. En faisant ce régime, on peut manger de tout mais d'une autre façon. Par contre j'ai supprimé complétement foie de veau; beaf de cheval, crustacés. Tout le reste n'est qu'une condition de proportion. Je le sens bien quand par hasard je fais une exception, une petite douleur revient. Il y a des listes d'aliments sur Internet, il faut les suivre.
Citer
+1 #3 Lila 10-08-2016 23:15
Bonjour.
Votre article est vraiment excellent. :-)
Depuis un an je subis cette maladie qui est dévastatrice moralement.
Ayant fait une dizaine d'hôpitaux, urgences et tous les examens possibles et inimaginables sans résultat probant j'ai décidé de me tourner vers l'acupuncture et les pro biotiques.
Je vais mieux mais avec des petites rechutes.. Espérant m'en sortir un jour.
Le facteur stress est pour ma part certainement une grosse cause si ce n'est la cause de ce mal...
Citer
0 #2 Sylvie D. 03-06-2016 01:01
Je viens de lire votre article et ça m'a fait du bien. Du fait que je ne suis pas seule à vivre ça. J'ai les mêmes symptômes depuis 3 mois déjà et ça passe pas. J'ai consulté en Urologie et est en attente de résultat d'une autre culture. Pendant ce temps je prend du pyridium (phenazopyridine 200mg) 3 fois par jour. Résultat...ça fait rien aucun soulagement. Il a des jours ou je suis VRAIMENT au bord de la folie et ce sans compter la constance de la douleur. Je vais regarder de plus près mon alimentation ainsi que l'acupuncture pourquoi pas. Car pour le moment je suis désemparée. Merci !
Citer
0 #1 Rachida Terki 20-12-2014 23:51
Bonjour Micheline,

Tout d'abord, merci beaucoup pour ton article. je souffre depuis plus 7 semaines des mêmes symptômes d'une infection urinaire mais sans agent affectieux. Mon medecin traitant suspecte une CI. J'ai beaucoup paniqué, et je vis très mal cet éventuel diagnostique. Je dors et je mange à peine. En lisant certaines choses sur cette maladie, je me voyais sans avenir (j'ai 39 ans).Mais en lisant votre article je me sens un peu rassuée . Merci beaucoup
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir