Vu qu’il n’y a pas à l’heure actuelle de solution offerte par la médecine pour prévenir ou guérir la maladie d’Alzheimer, qui est une menace qui pèse sur nous lorsque nous atteignons le mitan de la vie, la prévention par des moyens naturels, s’appuyant sur la nutrition et le style de vie, semble être notre planche de salut.

Selon le Dr Joseph Mercola, dont le site web sur la santé est considéré le plus populaire dans le monde anglophone, il devient de plus en plus clair que le même processus pathologique qui mène à la résistance à l’insuline et au diabète de type 2 est également impliqué dans la dégénérescence du cerveau. Si vous avez tendance à consommer souvent des aliments riches en sucres raffinés et des céréales, votre cerveau deviendra surchargé par un taux de sucre constamment élevé et par l’insuline qui finit par émousser les récepteurs d’insuline, menant ainsi à une diminution de la capacité de penser et de mémoriser, et éventuellement à des dommages permanents au cerveau.

De plus, lorsque votre foie est occupé à métaboliser le fructose -- sucre qu’on trouve dans les fruits -- (que votre foie transforme en gras), cela freine sévèrement sa capacité à produire du cholestérol, un composé essentiel pour le cerveau qui est également crucial pour une fonction cérébrale optimale.

Tel que l’explique le Dr. David Perlmutter, auteur du best-seller «Grain Brain» qui a fait fureur dernièrement dans les milieux de la santé, la démence  est une maladie causée principalement par le style de vie; les deux coupables principaux étant la consommation excessive de sucre et de gluten.

Le livre du Dr Perlmutter nous fournit également des arguments puissants en faveur de l’élimination des céréales de notre alimentation, particulièrement si on veut protéger notre cerveau. En termes d’alimentation, les suggestions suivantes sont à considérer sérieusement pour la prévention de la maladie d’Alzheimer:

  • Éviter le sucre et le fructose raffinés. Idéalement, vous devriez consommer moins de 25g de sucre et de fructose par jour, ou 15g par jour si vous avez une résistance à l’insuline ou tout autre problème de santé relié. Dans une étude récente effectuée chez l’animal, on a découvert qu’une alimentation de type junkfood riche en sucre avait pour résultat de diminuer la mémoire après une semaine seulement. La reconnaissance des lieux était particulièrement affectée. En règle générale, vous devriez garder votre taux d’insuline à jeun sous la barre de 3, et ce, peu importe votre consommation de fructose, afin d’éviter la résistance à l’insuline. Cependant, d’autres sucres (le sucrose comprend 50% de fructose), les céréales, et le manque d’exercice sont aussi des facteurs importants. Une diminution du niveau d’insuline aidera également à diminuer le niveau de leptines qui est un autre facteur contribuant à la maladie d’Alzheimer.

  • Éviter le gluten et la caséine (principalement le blé et le lait pasteurisé, mais pas le gras laitier comme le beurre). La recherche démontre que la barrière hémato-encéphalique – barrière qui protège le cerveau contre les molécules qui ne doivent pas y entrer - est affectée par la consommation de gluten. Le gluten fait que votre intestin devient plus perméable, ce qui permet à certaines protéines de passer dans la circulation sanguine, alors qu’elles ne le devraient pas normalement. Ceci sensibilise ensuite le système immunitaire et favorise l’inflammation et l’auto-immunité, deux joueurs importants dans le développement de la maladie d’Alzheimer.

  • Choisir une alimentation nutritive et riche en folates. Les légumes sont incontestablement votre meilleure source de folates, et vous devriez consommer beaucoup de légumes frais et crus chaque jour. Évitez les suppléments comme l’acide folique, qui est la version synthétique de qualité inférieure.

  • Augmenter la consommation de gras-santé incluant les acides gras omegas-3 de provenance animale. Les gras bénéfiques pour la santé et dont notre cerveau a besoin pour fonctionner de façon optimale incluent le beurre clarifié provenant le lait cru biologique (le ghee), le beurre biologique provenant de lait de vaches élevées en pâturage, les olives et l’huile d’olive biologiques, l’huile de noix de coco, les noix macadamia et les pacanes, les œufs de poules en liberté, le saumon sauvage de l’Alaska, et l’avocat. Contrairement à la croyance populaire, le carburant idéal pour le cerveau n’est pas le sucre mais plutôt les cétones. Les cétones sont produits lorsque votre corps transforme le gras en énergie. Les triglycérides à chaîne moyenne (TCM) que l’on retrouve dans l’huile de noix de coco sont une grande source de corps cétoniques, car l’huile de noix de coco contient environ 66% de TCM. En 2010, la Dre Mary Newport a publié une théorie révolutionnaire au sujet de l’huile de noix de coco qu'elle affirmait être très bénéfique pour combattre la maladie d’Alzheimer et la démence en se basant sur l'expérience vécue de son mari qui avait recouvré une bonne partie de ses facultés mentales après avoir pris 4 c. à table par jour d'huile de noix de coco pendant quelques semaines. Elle a depuis lancé une des premières études cliniques basées sur ce super aliment pour vérifier sa théorie et la rendre crédible aux yeux du monde médical qui, autrement,  aurait vite fait de qualifier cette expérience d’ «anecdotique».

  • Pour sa part le Dr Mercola préfère les d’omégas-3 de provenance animale comme l’huile de krill. (Il recommande d’éviter la plupart des produits provenant de poissons car même s’ils sont une bonne source d’omégas-3, la plupart contiennent du mercure). Une grande consommation d’acides gras omégas-3 comme l’EPA et la DHA* aide à prévenir les dommages cellulaires causés par la maladie d’Alzheimer, diminuant ainsi sa progression et le risque de développer cette terrible maladie.» *On peut trouver de la DHA de source végétale sur le site de Life Extension (www.lef.org)
  • Améliorez votre flore intestinale en consommant régulièrement des aliments fermentés ou en prenant un supplément de probiotiques de bonne qualité.

  • Mangez des bleuets ou utilisez un extrait de bleuets. Les bleuets contiennent une grande quantité d’anthocyanine et d’antioxydants et sont connus pour nous protéger contre la maladie d’Alzheimer et les autres maladies neurologiques.
  • Maintenir l'équilibre des hormones stéroïdes, en particulier de la progestérone et de l'oestrogène. Chez les femmes la ménopause cause une baisse de progestérone et par conséquent une une dominance oestrogénique qui peut avoir des effets négatifs sur le cerveau. Le cerveau est riche en récepteurs cellulaires de progesgtérone et un niveau adéquat de cette hormone dans le sang est important à son bon fonctionnement.

 

Autres conseils du Dr Mercola concernant l’alimentation et les suppléments

Selon le Dr Mercola, une autre chose qui peut vous aider est de réduire votre consommation de calories, et/ou de faire un jeûne intermittent. Comme mentionné plus haut, les cétones sont mobilisées lorsque vous jeûnez ou que vous remplacez les glucides par de l’huile de noix de coco ou d’autres sources de gras-santé. Un jeûne d’une journée aidera votre corps à  commencer à utiliser les graisses comme carburant au lieu du sucre,, .Le Dr Mercola préfère le jeûne intermittent qui va limiter votre consommation de nourriture dans une fenêtre de 6 à 8 heures chaque jour (par ex. prendre vos repas seulement entre 8h et 16h).  Pour en apprendre plus au sujet du jeûne intermittent, lisez l'article en référence.1

Faites aussi attention au sujet du cholestérol car en ce qui concerne la maladie d’Alzheimer ou la démence, un taux de cholestérol trop bas va devenir un facteur de risque.Selon le Dr David Perlmutter, la recherche démontre actuellement que les personnes âgées qui ont le niveau de cholestérol le plus faible sont celles qui sont aussi le plus à risque de développer l’Alzheimer ou d'autres types de démence. Comme le Dr Perlmutter le souligne dans son livre: «la guerre qui sévit actuellement contre le cholestérol est inappropriée et dangereuse

Finalement, il y a une courte liste de suppléments que ces  deux médecins  recommandent et qu’il convient de noter pour leurs effets bénéfiques dans la prévention et le traitement de la démence. Donc, bien que la stratégie fondamentale pour la prévention de la démence doive impliquer une approche au niveau du style de vie, il est bon de prendre note des suppléments suivants qui sont naturels et dont les effets ont été prouvés scientifiquement en termes de prévention des changements cognitifs reliés à l’âge:

  1. Le Ginkgo Biloba: plusieurs études scientifiques suggèrent que le Ginkgo Biloba a des effets positifs sur l'Alzheimer. Une étude publiée en 1997 dans le JAMA démontre clairement que le Gingko améliore la performance cognitive et le fonctionnement social pour ceux qui souffrent de cette maladie. Une autre étude effectuée en 2006 démontre que le Gingko est aussi efficace que le médicament Aricept (donépézil) utilisé dans le traitement de la démence de type Alzheimer. Une méta-analyse effectuée en 2010 a aussi démontré que le Gingko était efficace dans plusieurs autres types de démence.

  2. L’acide alpha-lipoïque (ALA): on a découvert que l’ALA aidait à stabiliser les fonctions cognitives et pouvait diminuer la progression de la maladie chez les patients atteints d’Alzheimer.

  3. La vitamine B12: une petite étude finlandaise publiée dans la revue Neurology a démontré que les gens qui consommaient des aliments riches en vitamine B12 pouvaient réduire leur risque d’avoir la maladie d’Alzheimer dans leurs dernières années. À chaque augmentation d’une unité de vitamine B12, le risque de développer la maladie diminuait de 2%. La méthylcobalamine sous forme sublinguale est alors le meilleur supplément de vitamine B12 pour vous.

 

Des stratégies basées sur le style de vie pour prévenir la maladie d’Alzheimer

Les choix de vie comme de s’exposer régulièrement au soleil et de faire de l’exercice, tout en évitant l’exposition aux toxines environnementale, sont aussi des facteurs très importants pour maintenir une fonction cérébrale optimale. Voic quelques-une des suggestions des Drs Mercola et Perlmutter:

  • Optimisez votre niveau de vitamine D. Des liens importants ont été établis entre un faible niveau sanguin de vitamine D et la présence de la démence et de piètres résultats dans les tests cognitifs. Les chercheurs croient qu’un niveau de vitamine D optimal augmenterait la quantité de certaines molécules dans notre cerveau, protégeant ainsi les cellules cérébrales en augmentant l’efficacité des cellules gliales chargées de nourrir et de réparer les neurones endommagés. La vitamine D pourrait aussi exercer un rôle bénéfique sur l’Alzheimer à cause de ses propriétés anti-inflammatoires et stimulantes sur le système immunitaire.

  • Faites de l’exercice régulièrement. Il a été suggéré que l’exercice pouvait provoquer des changements dans la façon dont la protéine précurseur de l’amyloïde est métabolisée, ralentissant ainsi le début et la progression de la maladie d’Alzheimer. L’exercice augmente également le niveau de protéine PGC-1alpha. La recherche démontre que les patients atteints d’Alzheimer ont un niveau plus bas de cette protéine dans leur cerveau et les cellules qui contiennent plus de cette protéine produisent moins de substance amyloïde toxique qui est associé à la maladie d’Alzheimer.

  • Évitez et éliminez le mercure de votre corps. Les amalgames dentaires, qui contiennent 50% de mercure sont l’une des causes majeures de toxicité causée par les métaux lourds. Cependant, vous devez être en bonne santé avant de vous les faire enlever. Une fois que vous avez ajusté votre alimentation, vous pouvez ensuite suivre le protocole de détoxification du mercure et ensuite trouver un dentiste holistique qui vous enlèvera vos amalgames dentaires.

  • Évitez l’aluminium, comme celui que l’on retrouve dans les anti-sudorifiques, les articles de cuisine anti-adhésifs, et les adjuvants présents dans les vaccins etc.

  • Évitez le vaccin contre la grippe car la plupart contiennent du mercure et de l’aluminium, bien connus comme agents neurotoxiques et immunotoxiques.

  • Évitez les médicaments anticholestérol et les statines. Il a été démontré que les médicaments qui bloquent l’acétylcholine, un neurotransmetteur du système nerveux, augmentaient également le risque d'Alzheimer. Ces médicaments incluent certains analgésiques de nuit, les antihistaminiques, les somnifères, certains anti-dépresseurs, les médicaments prescrits pour contrôler l’incontinence, et certains analgésiques à base de narcotiques. Les statines sont particulièrement problématiques car elles suppriment la synthèse de cholestérol et prive votre cerveau de la coenzyme Q10 et de précurseurs des neurotransmetteurs. Les statines bloque aussi la livraison adéquate des acides gras et des anti-oxydants liposolubles à votre cerveau en inhibant la production de la molécule transport connue sous le nom de LDL (Low Density Lipoprotein).

  • Exercez votre cerveau quotidiennement. La stimulation mentale, ou l’apprentissage d’une nouvelle langue, est associée à une diminution du risque d’avoir la maladie d’Alzheimer. Les chercheurs suspectent que la stimulation mentale aide à développer le cerveau, le rendant moins susceptible aux lésions associées à l’Alzheimer.

 

 

Référence*

http://fitness.mercola.com/sites/fitness/archive/2013/06/28/intermittent-fasting-health-benefits.aspx

Sources
Dr David Perlmutter «Grain Brain».

* veuillez copier-coller le lien dans votre navigateur internet par accéder aux sites suggérés

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir